Procès 100 jours bis: Vital Kamerhe, Samih Jammal et Jeannot Muhima attendus de comparaître ce 24 juillet devant la cour d’appel de Kinshasa-Gombe

Ça traînait, le procès 100 jours en appel. D’emblée, les prévenus Vital Kamerhe, Samih Jammal et Jeannot Muhima sont appelés de comparaître, ce 24 juillet 2020, devant la Cour d’Appel de Kinshasa-Gombe y siégeant en matière répressive au second degré en audience foraine au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa (CPRK) situé dans la commune de Selembao.

Qu’est-ce qui bloquait? L’un des avocats du prévenu Vital Kamerhe, en l’occurrence, Me Jean-Marie Kabengela se posait la même question dans une station radio de la place. « Ces appels ont été faits dans le délai. Et nous attendons que l’administration du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe puisse faire monter le dossier à la Cour d’Appel qui doit en connaître. Ça tarde quand même. On ne nous explique pas comment ça peut prendre beaucoup de temps pour que le dossier soit transféré à la Cour compétente », avait-t-il lâché.

A titre de rappel, le verdict dans cette affaire de détournement de fonds alloués à l’érection des maisons préfabriquées dans le cadre du programme intérimaire de 100 jours du Président de la République est tombé le 20 juin dernier. La facture était très salée : 57.600.000 USD. Les prévenus Kamerhe et Jammal ont écopé chacun de 20 ans des travaux forcés, de lourdes amendes et autres peines accessoires. Quant à Jeannot Muhima, le chef du service import-export à la Présidence de la République, il a été condamné à 2 ans des travaux forcés après que le tribunal ait ordonné son arrestation immédiate.

Dans cette sentence, il a aussi été décidé la confiscation des fonds contenus dans les comptes de quelques proches de Vital Kamerhe dont son épouse Amida Chatur Kamerhe, sa belle-fille Soraya Mpiana et son cousin Daniel Shangalume alias « Massaro » ainsi que des propriétés immobilières acquises avec les fonds détournés.

Maintenant, la Cour d’Appel de Kinshasa-Gombe a fixé l’audience, celui qu’on surnomme le « Pacificateur » et ses co-prévenus auraient-ils gain de cause ? Wait and see.

Axenordsudmédia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s