Plus de 200 personnes massacrés au Sud-kivu : Martin Fayulu Madidi consterné et exige une enquête internationale

Ce lundi 27 juillet 2020 dans une déclaration rendue publique, Martin Fayulu, a appris avec consternation et une grande indignation l’odieux massacre de plus de 200 personnes qui ont été perpétrés, le 16 juillet dernier à Kipupu dans la province du Sud-kivu, par des groupes armés bien identifiés soutenus par des puissances extérieures.

Ainsi, celui qu’on appelle le Soldat du Peuple, a saisi cette douloureuse circonstance pour exprimer sa solidarité vis-à-vis des populations de ce coin de la République ainsi qu’à l’ensemble du peuple congolais endeuillé et leur présenter ses très sincères condoléances.

Le candidat malheureux à présidentielle de 2018, Martin Fayulu a laissé entendre que les massacres à répétitions des populations, la destruction de leurs villages et les pillages de leurs biens qui viennent de culminer avec cet événement participent, précise-t-il, à un plan de déstabilisation de cette partie du pays et, dit-il, montrent que « nos compatriotes sont laissés sans défense et abandonnés à leur triste sort ».

Face à cette situation malheureuse, Martin Fayulu (Mafa) déclare que ces graves crimes contre l’humanité ne doivent pas rester impunis. De ce fait, lâche-t-il, leurs commanditaires et auteurs directs doivent répondre de leurs actes. Pour ce faire, Mafa exige, illico presto, une enquête international.

Marche du génocide du peuple congolais

En marge du 60 ème anniversaire de l’indépendance de la RD. Congo, Martin Fayulu avait fait un tableau sombre de l’histoire du pays en commençant de mars 1993 avec de graves massacres, des violences sexuelles et des attaques contre des enfants par les armées étrangères, ainsi que les groupes rebelles affiliés à ces armées jusqu’aujourd’hui.

A ce sujet, il avait déclaré dorénavant la date 2 août, la journée de commémoration du génocide du peuple congolais.

Aussi, avait-il dit, le 2 août doit alors être l’ardente expression de la révolte d’un peuple qui refuse que son pays soit occupé, balkanisé c’est-à-dire coupé en morceaux. Et, avait-t-il poursuivi, partout dans la République et dans la diaspora, le génocide du peuple congolais doit être courageusement commémoré.

A cet effet, Martin Fayulu Madidi avait appelé les peuples congolais dès ce 2 août 2020 de sortir avec des rameaux du deuil pour pleurer les martyrs.

Ce ténor de Lamuka avait rappelé que le 2 août 1998 à Kinshasa, à Moanda et à Goma, la RDC a connu un abominable déchaînement d’atrocités avec les massacres de Makobola, Kasika, Mwenga, Bunyakiri et tant d’autres, où des congolais ont été enterrés vivants, brûlés vifs, éventrés ou décapités. D’autres ont été chassés de leurs terres, jetés hors de leurs demeures, au vu et su de tout le monde.

Grâce Mavungu & Christian Okende

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s