Dialogue politique en RDC: les groupes parlementaires du FCC dénoncent cette démarche des acteurs politiques et la société civile tendant à déstabiliser le pays

Les Présidents des groupes parlementaires du Front Commun pour le Congo (FCC) à l’Assemblée nationale, ont dénoncé et condamné avec véhémence la démarche initiée par certains acteurs politiques et de la société civile visant, selon eux, l’organisation d’un prétendu dialogue sur le processus électoral.

« Dénonçons et condamnons la démarche malicieuse orchestrée par certains acteurs politiques et de la société civile sous l’influence des officines extérieures que nous connaissons, tendant à déstabiliser la République sous couvert d’un prétendu dialogue autour de la matière électorale qui relève pourtant de la compétence des institutions légalement établies », ont-ils martelé dans une déclaration commune lue, le mardi 4 août dernier, par Didier Manara, porte-parole.

Ces groupes parlementaires de la plateforme chère à Joseph Kabila ne veulent pas entendre de cette oreille là, d’où, ils ont demandé, contre toute attente, au Bureau de l’Assemblée nationale de poursuivre avec sa mission de facilitation dans le processus de la désignation de nouveaux animateurs de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

« Nous appelons le Bureau de l’Assemblée nationale à poursuivre sa mission de facilitation aux parties prenantes devant désigner leurs membres à la CENI, conformément à l’article 10 de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI afin qu’à la session ordinaire de septembre, que l’Assemblée nationale procède à l’entérinement des membres de cette institution d’appui à la démocratie », ont indiqué les présidents des groupes parlementaires du FCC dans leur déclaration.

Aussi, ils ont appelé aux Autorités morales du CACH et du FCC, le Président de la République, Félix Tshisekedi et son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange à conjuguer inlassablement leurs efforts pour la sauvegarde de la paix et la cohésion nationale et du bien-être de la population congolaise dans le respect de la Constitution et des lois de la République.

A titre de rappel, des personnalités politiques et de la société civile avaient constitué un bloc pour mener des consultations auprès des partis politiques et organisations de la société civile, histoire de trouver un consensus autour des réformes électorales pour des élections apaisées et transparentes en 2023. A l’instar de Delly Sessanga, Claudel Lubaya, Juvenal Munobo, Thomas Lokondo et les autres. Sans oublier le soutien des certains chefs de file de l’opposition politique.

Axenordsudmédia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s