RDC: India Omari donne une leçon pédagogique de l’État de droit et son applicabilité aux confusionnistes,Me India Omari déplore une grande cacophonie dans le chef de la population congolaise qui, du reste, a mal compris l’État de droit et son applicabilité. D’où, il n’est pas allé par quatre chemins pour donner la notion pédagogique élémentaire sur cette thématique afin d’enlever les zones d’ombres au peuple congolais en général et l’Udps en particulier. Dans son élan, India Omari a laissé entendre que l’Etat de droit est voulu depuis 1960 par son peuple. Mais, dit-il, est instauré par le Président de la République honoraire, Joseph Kabila en 2006.

A ce sujet, Me India estime que les Udpsiens ont des sérieuses difficultés de donner le contenu et le sens de la notion de l’État de droit. A cet effet, il explique au peuple congolais qu’en principe un État de droit se caractérise par la soumission des autorités publiques aux textes légaux et réglementaires; les décisions des autorités publiques doivent être conformes aux lois et règlements de la République; Tout le monde est soumis et est égal devant la lois.

TRIBUNE DE MONSIEUR INDIA OMARI SUR LA NOTION ÉLÉMENTAIRE DE L’ÉTAT DE DROIT ET SON APPLICABILITÉ

Depuis l’arrivée de ce régime, une forte confusion s’instaure dans la tête des congolais sur la notion de l’État de droit. D’entrée de jeu, un constat amer s’observe. En effet, j’ai appris au travers la voix des ondes qu’un déploiement de la police judiciaire s’effectue actuellement pour traquer les douaniers.

Cette pratique de déploiement est indispensable. Mais, si on y prend pas garde, cela risquerait de se solder par des abus et violations intempestives des lois et règlements qui régissent ce secteur combien stratégique en termes de mobilisations des recettes. Si les mesures d’encadrement ne sont pas prises en avance par les autorités habilitées avant ces déploiements, sinon cet exercice se transformera à une jungle avec comme conséquence, la démobilisation des recettes dans les régies financières et grognes sociales au niveau des agents mobilisateurs et cela risquerait d’enrichir indûment cette police judiciaire déployée qui confondent dans la pratique la notion de l’État de droit.

Depuis l’arrivée de ce concept mal compris par nos amis de l’Udps et mal répercuté à la justice censée être indépendante, il s’observe une pratique décourageante dans le chef des agents qui font le chantage inutile en promettant arbitrairement l’arrestation des paisibles citoyens en cas de non accomplissement d’une faveur qui relèverait à nos yeux comme une corruption à ciel ouvert.

Il paraît qu’aujourd’hui un problème qui devrait etre résolu à 100 dollars revient sous le coup de bâton magique à 1000 dollars américains. Quel contraste pour les investisseurs nationaux et étrangers qui sont censés boosters notre économie qui est en perte de vitesse? Raison pour laquelle une notion pédagogique et académique est nécessaire pour éveiller la conscience des des hommes de la justice car la justice élève une Nation.

Si cette notion n’est pas bien comprise dans la justice nous risquerons de tourner en rond et nous risquerons de vivre dans une société dans l’anomalie ou la loi du plus fort est toujours la meilleure. Un jour j’avais dit à quelqu’un de l’Udps qui me parlait de l’État de droit qu’eux semblent apporter comme innovation, je ne voulais pas aller par quatre chemins. Je lui ai brandir la constitution en son article premier qui dispose que: la République Démocratique du Congo est, dans ses frontières du 30 juin 1960, un État de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc.

Donc l’instauration d’un État de droit est voulu depuis 1960 par son peuple mais instaurer par le Président Joseph Kabila en 2006, sommes dans un processus, est-ce que les gens de l’Udps qui ont des sérieuses difficultés de donner le contenu et le sens de la notion de l’État de droit.

En principe un État de droit se caractérise par:1)- la soumission des autorités publiques aux textes légaux et réglementaires, 2) les décisions des autorités publiques doivent être conformes aux lois et règlements de la République, 3) tout le monde est soumis et est égal devant la lois ,c’est cela de façon succinate la notion de l’État de droit, le président actuel pourrait participer le processus de l »instauration de l’État de droit mais je pense que nos amis de l’Udps confondent l’État de droit comme obligation constitutionnelle ayant un caractère Erga omenes (opposable à tout le monde sauf personne) et la LUTTE CONTRE L’IMPUNITÉ qui a comme corollaire l’égalité de tous devant la loi et pour conséquence la sanction à tout celui ou celle qui viole la dite loi. En bref, L’ÉTAT DE DROIT n’a pas d’âme, ni les couleurs ni l’ethnie. Pour nos amis de l’Udps se croient être exemptés de l’applicabilité du dit État de droit.

India Omari force

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s