Editorial: Je t’aime moi non plus

Revenu à Kinshasa, le samedi 22 août 2020, après un long séjour au pays de l’Uncle Sam, Martin Fayulu, a tenté, lors de son meeting de N’djili, de tacler la coalition du pouvoir, les gestionnaires du programme de 100 jours du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, par ailleurs, il a exigé les élections anticipées.

A Ndiji, l’homme n’a pas raté l’occasion pour donner de la voix de sa propre trajectoire politique. Devant des milliers de militants, il a fait savoir que leur(Fayulu-Muzito) agenda actuel est de faire des réformes et aller à des élections anticipées. Aussi, a-t-il déclaré, la crise est bien là. Rien ne va au sein de leur coalition où chacun veut avoir sa Cour constitutionnelle, chacun veut avoir sa commission électorale pour frauder.

Le retour à Kinshasa de Martin Fayulu et Adolphe Muzito, les deux caciques de Lamuka a sonné le tocsin dans le microcosme politique congolais le week-end. Ces deux opposants ont décrié la mégestion et ont accusé la coalition du pouvoir de bloquer le pays de Lumumba et de Kmpa Vita depuis près de deux ans. « Je suis venu vous dire d’être prêts, la véritable tempête arrive. Le mot d’ordre sera donné si rien n’est fait par nos amis du FCC-CACH qui tentent de bloquer le pays. Je suis contre la situation politique du Mali. Mais, je vous demande de vous mobiliser », a-t-il lancé.

Fayulu-Muzito contre la mégestion et les détournements des deniers publics

Des millions ‘’volatilisés’’ ont tellement fait parler d’eux que personne ne peut rester insensible. Apparemment, Fayulu fait allusion à Vital Kamerhe et à tous ses co-accusés dans l’affaire de 100 jours qui, aujourd’hui, est passée à la phase d’Appel et dont le dénouement tarde encore à arriver.

Pour Martin Fayulu Madidi, en lieu et place de 66 millions de dollars évoqués lors du procès, c’est plutôt 400 millions de dollars américains qui auraient été détournés. Car, celui qui se considère le Président élu, demande à la justice de faire davantage son travail, exige, en même temps, le remboursement de toutes ces sommes sous-tirées du trésor public.

Même là aussi, le Président national de l’ECiDé est allé dans une autre dimension des travaux de 100 jours Omnis les maisons préfabriquées made in Jammal Samih, il en appelle à la vigilance autour des sauts-de-mouton, des travaux d’infrastructures routières et d’adduction d’eau potable, à l’électrification des zones rurales.

Et, tous les fonds débloqués entre la période allant de janvier 2019 à décembre 2019 devraient, à l’avis du candidat malheureux à la présidentielle de 2018, passés au scalpel en vue d’identifier les sources et leurs affectations respectives.

Il considère, par ailleurs, que tous les auteurs de ces détournements des deniers publics, y compris ceux qui sont déjà dans les filets, doivent rendre compter et ne plus mériter de la confiance de la nation, en exécution des jugements rendus.

Dans cette même ligne droite, Adolphe Muzito a appelé à regarder bien dans la direction des réformes proposées dont le plan Fayulu étalait bien des pistes à exploiter. Aussi, il a laissé entendre que les contradictions au sein de la coalition FCC-CACH démontre que le pays est sacrifié sur l’autel des intérêts égoïstes.

Visiblement, l’état de santé du pays est critique, à défaut d’obtenir des réformes préalables à l’organisation des prochaines élections comme l’a déjà initié le Belgo-congolais, Professeur Bob Kabamba de l’Université de Liège, la cohésion nationale est dans le »Je t’aime moi non plus ».

Christian Okende

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s