Après la ‘’vérité des urnes’’ : Martin Fayulu s’engage pour le ‘’respect de la Constitution’’

Le prochain candidat à la coordination de la coalition Lamuka et président national de l’Engagement Citoyen pour le Développement (ECIDé), Martin Fayulu Madidi, n’entend pas reculer dans sa nouvelle lutte précédemment annoncée à la place Sainte Thérèse, lors de son retour à Kinshasa le 22 août dernier.

Et, ce malgré la polémique qui s’est installée dans la scène politique à la suite de la coalition circonstancielle avec Me Théodore Ngoyi, un tandem qui a comme objectif principal l’éviction de Félix Tshisekedi de son piédestal présidentiel à travers une procédure de mise en accusation pour ‘’haute trahison’’ devant la Cour Constitutionnelle.

« La Constitution, rien que la Constitution… »

Dans une publication datée de ce jeudi 3 septembre 2020 sur son compte twitter, Martin Fayulu Madidi réaffirme sa nouvelle lutte indéfectible pour le respect de la Constitution, tout s’appropriant une des citations de l’ancien président de la France, François Mitterrand.

« Je m’approprie cette citation de François Mitterrand : ‘’La Constitution, rien que la Constitution, toute la Constitution’’ », a-t-il écrit sur son compte twitter.

Ce membre du présidium de la coalition Lamuka indique que la Constitution est la fondation d’un État. Et, révèle-t-il, ‘’Si elle est violée, les citoyens doivent réagir et les mécanismes de sa protection doivent être mis en mouvement’’.

Faisant cette révélation, certainement ce cacique de Lamuka, la plateforme électorale qui a porté sa candidature à la présidentielle de 2018, dresse un droit de réponse à tous ceux qui l’accusent à tort, de développer une ‘’haine’’ à l’endroit de la république, particulièrement vis-à-vis du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, en s’associant au Front Commun pour le Congo.

Vers la matérialisation

En effet, après son combat pour la ‘’vérité des urnes’’, Martin Fayulu a miraculeusement rejoint l’avocat Théodore Ngoyi, un autre candidat malheureux à la présidentielle de 2018, qui a estimé que le Président Félix Tshisekedi, en nommant les deux juges ayant tous leurs mandats à la Cour Constitutionnelle comme juges à la Cour de Cassation, devait faire objet d’une poursuite judiciaire pour ‘’haute trahison’’.

En sus, celui qui jusqu’à lors se réclame comme étant ‘’président élu’’ avait déjà planté le décor de sa nouvelle lutte au cours du meeting ténu à la place Sainte Thérèse devant une foule immense venue pour l’accueillir à l’occasion de son retour dans le pays après un long moment de confinement aux USA.

A savoir, ce dernier avait promis à la population d’assiéger pendant de jours le Palais du Peuple, pourtant temple de la démocratie et lieu de travail pour les élus du peuple. ‘’Soyez prêts. Si rien n’est fait, nous irons au Palais du peuple. Ça sera notre maison. Nous allons nous installer là-bas (…)’’

Visiblement l’homme peut tout, pourvu qu’il ait gain de cause. Mais à ce stade, et au vu de tout ce qui a comme question de l’heure dans le pays, la question est de savoir ‘’cette nouvelle lutte est-ce la réponse aux attentes du peuple congolais dont les conditions de vie ne font que se détériorer du jour au lendemain ?’’ Oui, le Chef de l’État en accusation, et après ? Wait end see.

Cyprien Indi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s