RDC: Martin Fayulu et Théodore Ngoy attendus ce mercredi au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe

L’officier du ministère public, Karenzi Binza Claver a invité les deux candidats malheureux à la présidentielle de 2018, Martin Fayulu Madidi et Me Théodore Ngoy de se présenter à l’office du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, ce mercredi 9 septembre 2020 à 11h00 pour des motifs qui leurs seront communiqués sur place.

D’après les observateurs, ces motifs vont certainement se fonder sur leur déclaration commune en accusant le Chef de l’État, Félix Tshisekedi de haute trahison pour, selon eux, avoir violé intentionnellement la Constitution de la République en faisant le remue-manage dans l’appareil judiciaire, surtout à la Cour Constitutionnelle où le mandat des juges n’avait pas atteint son délai tel que prévu dans la constitution.

La démarche de la politisation

Visiblement, le discours de Martin Fayulu tangue tantôt la vérité des urnes tantôt le respect de la Constitution. Sur quoi fonde finalement la démarche politique de celui qui se considère le seul Président élu de 2018? Où veut-il aller, Fayulu? Apparemment, ce dernier étant lui-même au centre d’une controverse avec sa démarche jugée, dans la foulée, par Mike Mukebayi partisane. Tout laisse à croire que Fayulu conduise de plus en plus son Église à l’extrémité du village.

Pas plus loin que le 31 août, Martin Fayulu après sa rencontre avec Me Théodore Ngoy, également candidat malheureux de 2018 et avocat de deux juges réfractaires à la Cour Constitutionnelle mutés à la Cour de Cassation par ordonnance du Président de la République du 17 juillet 2020, a déclaré: « M. Tshisekedi n’est pas légitime. Il est illégitime. En plus, il pose des actes en violation intentionnelle de la Constitution. M. Félix Tshisekedi court un risque énorme. Il doit être traité de haute trahison ».

Faudrait-il encore le rappeler, dans une conférence de presse tenue le 21 août, Me Théodore Ngoy était monté au créneau pour inviter les bureaux des deux chambres du Parlement à convoquer un congrès pour mettre en accusation le Chef de l’État pour « haute trahison ». A l’en croire, Félix Tshisekedi a violé intentionnellement la Constitution en nommant des nouveaux juges à la haute Cour en remplacement de ses clients dont le mandat est en cours de validité. Sur ce, avait-il souligné, une nomination somme toute illégale, nulle et de nul effet, car elle faite en violation des textes légaux, voire de manière anticipée parce que le Chef de l’État devrait attendre le tirage au sort pour le renouvellement tertiaire devant intervenir en Avril 2021.

Vers la déchéance du Président, Félix Tshisekedi?

Cette démarche de Martin Fayulu et Théodore Ngoy semble être un chemin bourré d’épines aux yeux du Constitutionnaliste, le professeur André Mbata, l’un des membres de la coalition au pouvoir. D’après ce dernier, la déchéance du Chef de L’État par le Parlement réuni en congrès serait une vaste blague et énième hérésie des tambourinaires de l’inanition de la Nation alliés à une branche de Lamuka.

D’où, a-t-il précisé, il n’appartient pas au Congrès de poursuivre, de mettre en accusation, de condamner et déchoir le Président de la République. Les deux premières compétences, dit-il, reviennent au Procureur Général près la Cour Constitutionnelle et les deux dernières à la Cour Constitutionnelle elle-même.

« C’est ce que les Tambourinaires du FCC et de Lamuka aile Martin Fayulu qui soutiennent la déchéance du Président de la République par le Parlement réuni en Congrès devaient comprendre. L’on ne peut pas parler de déchéance du Président de la République sans qu’il ait été au préalable condamné par la Cour constitutionnelle qui est l’organe compétent. Les doctrinaires comme Prof André Mbata peuvent et émettent souvent des opinions dans leurs écrits qui constituent une source secondaire du droit. Néanmoins, c’est la cour constitutionnelle que revient le dernier mot sur la condamnation et la déchéance du Président de la République », a fait savoir le professeur André Mbata membre du CACH.

Christian Okende

Une réflexion sur “RDC: Martin Fayulu et Théodore Ngoy attendus ce mercredi au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe

  1. Simple intimidation et démarchage politique pour les faire taire tout simplement ! D’ailleurs juridiquement parlant on invite pas un sujet sans lui communiquer sur le motif de son invitation

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s