Nomination ‘’imminente’’ des cadres territoriaux : une nouvelle polémique en gestation au sein de la coalition FCC-CACH

Dans un communiqué du 9 septembre dernier, la conférence des présidents du Front Commun pour le Congo (FCC) a révélé sa position face à la folle rumeur qui circule ce dernier temps dans les médias faisant état des nominations imminentes des cadres territoriaux par le Vice-premier Ministre en charge de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières.

Déjà, des réactions fusent de partout et ça fait débat. Visiblement, une nouvelle polémique est en gestation entre les deux partenaires en coalition.

De larges consensus s’imposent

Tenez, la conférence des présidents de la plateforme politique chère à l’ex président de la république, Joseph Kabila Kabange, à l’issue de sa réunion du mercredi dernier, a fixé l’opinion sur cette question. « La nomination des cadres territoriaux devraient bénéficier de larges consultations au sein de la Coalition ».

Aussi, le FCC estime que ces nominations devraient respecter la procédure prescrite, impliquant les ministères et commissions gouvernementales concernées y compris, les délibérations du Conseil des ministres. Ceci est une manière, d’après cette plateforme politique, de rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral.

Par ailleurs, du côté de Cap pour le Changement (CACH) l’on pense que « si cette démarche pouvait se faire, cela relève des attributions du Ministre de l’Intérieur », a indiqué Me Peter Kazadi, cadre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et négociateur CACH au Comité de suivi de l’Accord du 29 juillet 2019 (COSAC).

Dans un média de la place, Peter Kazadi a révélé : « nous apprenons de gauche à droite, des ministres qui nomment dans leurs administrations. Nous avons appris que le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire est en train de nommer dans des universités et autres instituts supérieurs. Nul ne lève la voix pour le lui interdire ».

« Pourquoi lorsqu’il s’agit du ministre de l’Intérieur de CACH, ça doit poser un problème? », s’est-il interrogé.

En lieu et place des consultations tant souhaitées entre les deux partenaires en coalition, les sociétaires de ces deux camps ont, apparemment, choisi de s’atomiser en préconisant des sujets qui divisent. A titre illustratif, la récente proposition des certains cadres du FCC sur l’élection du Président de la République au suffrage universel indirect, les propositions de lois Minaku-Sakata, la désignation contestée de Ronsard Malonda à la tête de la CENI, pour ne citer que ceux-là.

Et dans tout ça, c’est la pauvre population, dépourvue de sa souveraineté, qui en paie la plus lourde facture. Alors que dans le fameux Accord FCC-CACH signé le 29 juillet 2019, les deux partenaires en coalition s’étaient accordés de gouverner ensemble pour le bien des Congolais en général.

Après une année et deux mois environ, que peut-on retenir de cette coalition au pouvoir ? Wait and see.

Cyprien Indi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s