Suspension de Totshoumany Kisombe : une crise en gestation à l’UNC !

’Une délégation de l’UNC, conduite par le Secrétaire général, Aimé Boji et l’honorable Mirindi, séjourne à Goma pour ses propres intérêts’’, a affirmé sur les ondes de Top Congo fm le porte-parole du parti cher à Vital Kamerhe, Totshoumany Kisombe.

Pour lui, toute cette délégation qui est partie à Goma doit démissionner de l’UNC. « Nous n’accepterons pas que ceux qui sont entrain de vilipender la personne de Vital Kamerhe puisse le tuer politiquement car Goma est le fief politique du président Vital Kamerhe « , a-t-il exigé.

Cette sortie médiatique du porte-parole de l’UNC a été considérée comme un outrage à l’égard de la hiérarchie dument établie du Parti. Le bureau de la direction politique nationale de l’UNC, dans son communiqué du 20 septembre 2020, estime aussi que ces propos tendent à créer des divisions au sein du parti.

Suspension préventive de Totshoumany Kisombe

Ce même dimanche, le bureau de la direction politique nationale de l’UNC s’est réuni en séance extraordinaire au cours de laquelle il a été décidé d’initier une procédure de suspension préventive du porte-parole de l’UNC pour ce qu’il qualifie d’indiscipline flagrante. Et, c’est conformément aux textes fondateurs de l’Union pour la Nation Congolaise.

« Au sujet du cas d’indiscipline notoire du camarade Totshoumany Kisombe, vu la gravité des faits, le bureau de la direction politique nationale a demandé au Secrétaire général a.i. d’initier la procédure de sa suspension, conformément aux statuts et règlement intérieur du Parti », peut-on lire dans ledit communiqué.

Il sied de rappeler que Totshoumany Kisombe avait qualifié de traitre la délégation de Goma conduite par le Secrétaire général adjoint Aimé Boji en ajoutant qu’elle n’engageait pas le parti.

Surpris de ces propos, Aimé Boji avait fait une mise au point sur les antennes du même média. ‘’Nous sommes en politique. Ni le président national, ni moi-même, sommes obligés d’informer les membres du parti sur toute la ligne quand nous faisons des déplacements. Il y a des missions qui sont commanditées à la discrétion du président national’’.

Face à cette situation de l’heure, des analystes avertis laissent croire que cette suspension de Kisombe Totshoumany peut plonger l’Union pour la nation Congolaise à une crise qui ne dit pas encore son nom. Encore que ce parti membre important de l’accord de Nairobi est déjà privé de son président national depuis le mois d’avril, condamné à 20 ans des travaux forcés à la prison centrale de Makala dans le cadre du procès 100 jours, faudrait-il le souligner.

Axenordsudmédia/CI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s