Prestation de serment de trois juges de la cour constitutionnelle : pari gagné pour Fatshi!

C’est ce mercredi 21 Octobre dans l’avant midi à l’hémicycle du Palais du peuple que trois nouveaux juges de la Cour Constitutionnelle ont prêté, solennellement serment, devant le Chef de l’État, Félix Tshisekedi. Mais, en l’absence du Président du Sénat, Thambwe Mwamba et de la Présidente de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda Lioko. Ce, conformément aux ordonnances du 17 juillet 2020, portant nomination des nouveaux membres de cette haute cour.

Ça y est! L’effectif est au complet, le Président Félix Tshisekedi Tshilombo vient de prendre acte de la prestation de serment des membres restant pour siéger à la Cour Constitutionnelle. Il s’agit entre autres, de M. Kaluba Dibwa Dieudonné, de Madame Kalume Yasengo Alphonsine et de M. Badibanga Kamulete Dieudonné qui ont, à tour de rôle, prononcé le procès verbal. Pour ce faire, cette cérémonie haute en couleur, s’est déroulée sous les auspices de la présidence de la République accompagné par son Directeur de cabinet a.i, Casemir kolongele. Cela, dans une salle inondée par les cadres et quelques militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) y compris des alliés.

D’aucuns peuvent l’ignorer, les présidents de deux chambres du parlement, à savoir du Sénat et de l’Assemblée Nationale respectivement du Front Commun pour le Congo « fcc » ont refusé catégoriquement d’y prendre part. A en croire, les collimateurs de cette méga plateforme politique chère à Joseph Kabila, ce boycott se justifierait suite à la violation de la constitution par le Chef de l’État via ces ordonnances illégales dont le contreseing avait été fait par le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité. C’est ce qui est nullement conforme aux dispositions pratiques de la procédure constitutionnelle, laissent entendre quelques cadres du FCC. Par ricochet, ce refus de participer à ladite cérémonie, fait suite au mot d’ordre lancé récemment par le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya à show buzz.

D’emblée, interdisant à tous les membres et partis alliés à la leur plateforme de ne pas rehausser de leur présence à cette assise. Sur ce, l’ancien Dircab du sénateur à vie, Joseph Kabila aurait profité de l’occasion pour inviter les sénateurs et députés à sécher l’hémicycle. Tout en appelant, sans ambages, la population à une mobilisation massive pour dire non à l’installation des trois juges, renseignent certaines sources.

Par contre, nonobstant l’absence remarquable de la majorité parlementaire, pour sa part, le Cap pour le changement « CACH » se dit satisfait du succès avec lequel la prestation de serment de ces juges a eu lieu. De son côté, Augustin Kabuya, SG de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, se réjouit en homme le plus heureux de constater le soutient indéfectible émanant du souverain primaire, qu’est le peuple, a-t-il souligné. Pour ce faire, ce dernier précise que le Président de la RDC jouit de ses prérogatives constitutionnelles lui octroyant le pouvoir d’agir en garant du bon fonctionnement des institutions.

Et donc, le SG du parti présidentiel, renchérit qu’aujourd’hui c’est la nation entière et le peuple congolais qui gagnent. « Rien ne pouvait empêcher la tenue de cette cérémonie moins encore les intimidations de tout genre », a-t-il conclut.

A noter que, la cérémonie de prestation de serment, a connu la participation de certains partis affiliés à la plateforme  »Ensemble pour le changement » de Moïse katumbi, mais également, quelques cadres du MLC de Jean-Pierre Bemba. Sans oublier, la présence de Bahati Lukwebo, de l’ambassadeur des États-Unis, Mike Hammer, de Corneille Nangaa, Pascal Mukuna et du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka.

De ce qui précède, cette cérémonie de renommée a été sanctionnée sous une ambiance conviviale, décorée caractérisée par des chansons scandées par les militants. Je cite « dissoudre parlement  » s’adressant au patron de la République.

Toute fois, il sied de marteler sur le dispositif sécuritaire important de la garde républicaine et de la PNC était mis en place pour assurer l’ordre et la sérénité. Faudrait-il le rappeler, la Cour constitutionnelle regroupe en son sein un seuil de représentativité de neuf membres dont trois sur proposition du parlement, trois autres, nommés par le Président de la République et les trois restant, sur initiative du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Joyce Mpiana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s