Agression du Dr Blaise Luengo: le Conseil Urbain de l’ordre des médecins décrète trois jours des protestations pour dénoncer les violences des droits des médecins

Le Conseil urbain de l’ordre des médecins avec le syndicat des médecins de la RDC (SYMECO) a, dans une déclaration de presse rendue publique ce mercredi 6 janvier 2021, décrété 3 jours de protestation, soit du lundi 11 au mercredi 13 janvier 2021, pour dénoncer les violences récurrentes des droits de médecin. Ce, faisant suite de l’agression injuste et inacceptable subi par le Docteur Blaise Luengo du centre hospitalier d’État de Ngiri Ngiri en date du 28 décembre 2020.

A en croire le Dr Taddy Divita, secrétaire exécutif provincial de SYMECO, malgré la saisine des instances judiciaires compétentes, le Major Aimé non autrement identifié du sous commissariat BAT de la PNC ainsi que ses hommes n’ont toujours pas été inquiété par la Justice. C’est ainsi que le SYMECO attire l’attention de ceux qui ont la responsabilité de sécuriser des personnes et leurs biens de veiller et de faire respecter les statuts spécifiques dont jouissent les médecins. A cet effet, ces derniers vont observer 3 jours de protestation en portant des bandeaux rouges au bras.

Dans la déclaration lue par le Dr Bula Elvis, président du Bureau urbain de l’ordre des médecins de Kinshasa, le docteur Blaise Luengo a été, en effet, arrêté arbitrairement, torturé puis tabassé copieusement par les éléments de la Police communément appelés « UDJANA » à Kingabwa/Limete en date du lundi 28 décembre 2020 vers 9h alors qu’il était à bord d’un taxi bus 207 à titre de passager en provenance de la Firme Pharmaceutique AURUPHAR en partance pour son lieu de service.

D’emblée, selon le Dr Bula Elvis, sur la Route des poids lourds, se fera interpellé par les éléments de la police sur ordre du Major Aimé non autrement identifié, du simple fait qu’il ne portait de masque (cache nez). Face à cette situation, indique le Dr Bula Elvis, le Major Aimé s’en est pris farouchement à bras-le-corps au Docteur Blaise Luengo Mfunsu quand bien ce dernier lui avait fait état de son infirmité et, dit-il, ordonna par ricochet à ses éléments de mettre la main sur lui en le rouant des coups des poings, coups de matraque, coups à l’aide de crosse d’arme.

Tout compte fait, le Bureau urbain de l’ordre des médecins a fait savoir que le docteur Blaise Luengo a fait l’objet d’une arrestation arbitraire, détention illégale, coups et blessures volontaires, menaces, extorsion et tortures à répétition de la part du Major Aimé qui, selon eux, ternit l’image de la police nationale congolaise. Sur ce, le Bureau urbain de l’ordre des médecins recommande au ministre chargé de l’intérieur et sécurité son implication azimut en sanctionnant disciplinairement tous les éléments incontrôlés de la police notamment le Major Aimé qu’il qualifie véreux, non respectueux des droits de l’homme qui, estime-t-il, ternit l’image de la police nationale congolaise censée protéger au premier chef les personnes et leurs biens.

Il recommande aux autorités judiciaires militaires d’appliquer la loi pénale dans toute rigueur par l’infliction des peines fortes, pour décourager ce Major de la PNC et ses éléments qui se livrent à des pratiques contra legem qui, la plupart des cas sont multi récidivistes. Et aux médecins, il recommande de se lever comme un seul homme aux fins de dénoncer publiquement les cas avérés d’arrestations arbitraires, tortures, extorsions… en milieux professionnels, dans leurs lieux de fréquentation et dans leurs communes de résidence pour ne citer que ceux-là.

Christian Okende

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s