Réformes électorales en RDC: la NSCC sensibilise et éveille la conscience de la jeunesse estudiantine pour le scrutin de 2023

La Nouvelle Société Civile Congolaise par le biais de son président, Jonas Tshombela a organisé le samedi 23 janvier 2021, au centre théresianum, une conférence débat, sur l’importance de l’amélioration du cadre légal électoral. Une rencontre décisive pour la patron de la NSCC qui a prêché les biens fondés des réformes électorales devant les étudiants venus des différentes établissements universitaires de la ville province de Kinshasa. Ensuite, il les a sensibilisé à prendre conscience des élections à venir en 2023 et de voter utile.

Conscient de l’instrumentation politicienne dont la jeunesse surtout estudiantine serait victime, le coordonnateur de la NSCC a tout d’abord exhorté la classe juvénile à tenir son destin en mains. Mais également, à s’armer du courage pour dire non à certains abus du pouvoir des acteurs politiques et à faire face aux anti-valeurs qui gangrènent la société Congolaise.

Cette conférence débat a tourné autour de nombreux points soulevés et suggestions faites par Jonas Tshombela. Ce, à travers laquelle, l’accent a été mis sur les réformes électorales dont quelques dispositions ont été reprises dans le vade-mecum proposé pour l’amélioration de la législation électorale en RDC. Qui du reste, a été distribué par chaque étudiant.

Dans son allocution, l’hôte du jour s’est indigné de constater qu’aucune réforme n’a été entreprise dans le processus électoral depuis le scrutin de 2006 à ces jours. Voilà, pourquoi renchérit-il,  »Nous n’avons jamais pu avoir des vraies élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées dans ce pays ».

A en croire Jonas Tshombela, si ces réformes électorales qui sont longtemps négligées venaient à être prises en compte, elles favoriseront la création des emplois pour les jeunes. Et aussi, boosteront même, rajoute t-il, le développement de la République Démocratique du Congo dans plusieurs secteurs.

En présence d’une salle attentive, le numéro un de la Nouvelle Société Civile Congolaise est revenu sur la charge pour demander la suppression du seuil électoral jugé à son avis, discriminatoire pour l’élection des députés, sénateurs et des conseillers communaux et locaux.

Cependant pour lui, le quota proposé pour la composition des membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante doit être identique et équilibré chez toutes les composantes. D’où, Jonas Tshombela voudrait à priori que cette question soit sérieusement débattue par les élus nationaux.

Suppression du Sénat

Le coordonateur de la NSCC voudrait que la chambre haute du parlement soit définitivement supprimée. Puisque, c’est une institution de trop qui ne démontre pas sa grande importance, a t-il lâché.

Propositions d’amendements de la loi électorale

Jonas Tshombela a étayé une série des suggestions et recommandations contenues dans le Vade-Mecum, qui doivent faire partie intégrante des réformes électorales en cours d’initiation. Parmi tant d’autres, il y en a ce qui concerne la loi électorale, à savoir; la prohibition de la candidature à plusieurs niveaux d’élections par une même personne au cours d’un même cycle électoral afin de donner la chance à d’autres personnes de postuler, la Restauration des débats contradictoires entre les candidats présidents et les gouverneurs de province, la promotion de la participation de la femme aux élections et des jeunes en proposant le système de quota dans la circonscription, un certain nombre des sièges sera laissé à la seule des femmes ou en exigeant la recevabilité d’une liste par la présence d’au moins une femme, le remplacement de caution par candidat jugée trop exorbitante par liste…

En ce qui concerne la loi organique sur la CENI; la NSCC insiste sur l’élection du Président et des autres membres du bureau par leurs pairs, l’examen préalable des dossiers des délégués des différentes composantes par une commission spéciale composée des députés, sénateurs et acteurs de la société civile électorale, rendre obligatoire le dépôt des rapports par le bureau de la CENI à l’AN sous peine de perte de mandat pour ne citer que ceux-là.

Pour leur part, interagissant à l’exposé du pionnier de la Nouvelle Société Civile Congolaise, les étudiants se sont montrés très intentionnés et intéressés par ces propositions. Et d’emblée, ont rassuré d’arracher leur liberté, en revendiquant leurs droits pour un avenir meilleur des jeunes. De ce fait, certains d’entre eux, ont appuyé l’idée de remettre toutes les élections au suffrage universel direct. En l’occurrence, présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales.

Se disant l’homme le plus heureux, Jonas Tshombela a remercié la jeunesse estudiantine d’avoir répondu présente à cette invitation et du soutien que celle-ci a promis de lui apporté pour initier ces réformes.

L’occasion faisant le larron, le numéro un de la nouvelle société civile Congolaise a fait savoir, qu’il fera des réformes électorales son cheval de bataille. Pour ce faire, le modérateur du jour a invité tous les étudiants à ouvrir les yeux en 2023 et à ne pas voter pour les t-shirt, le pot de vin, les bières mais plutôt à voter utile les dirigeants qui répondront réellement aux attentes du peuple.

Rappelons ce qui suit, le Vade-Mecum est un support de plaidoyer et de sensibilisation pour toutes les parties prenantes au processus électoral est l’outil de plaidoyer de la NSCC en vue d’accompagner les réformes en cours du système électoral congolais dans les perspectives des échéances électorales à venir.

Joyce Mpiana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s