Bintu Keita à BENI : « Les menaces et la violence sont inacceptables et susceptibles de poursuites judiciaires »

Dans une déclaration faite à la presse de Béni ce jeudi 15 avril 2021, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC indique que chaque Congolais est libre de critiquer la MONUSCO, d’estimer que cette dernière ne remplit pas son rôle et de demander au gouvernement son départ, à condition de le faire de manière pacifique.

« Je le répète avec la plus grande fermeté : les menaces, les intimidations et la violence sont inacceptables et dans un Etat de droit, susceptibles de poursuites judiciaires. Elles sont non seulement inacceptables mais totalement contre-productives. Je ne doute pas de la sincérité de nombreux manifestants. Mais qui profite de cette violence, de ce regain d’instabilité ? »,a déclaré Bintu Keita.

Dans la foulée, la cheffe de la MONUSCO précise que les groupes armés eux-mêmes et leurs complices profitent de la confusion et souhaitent qu’elle soit entretenue pour continuer les trafics, les pillages et l’exploitation illégale des ressources des Congolaises et des Congolais.

« Je ne doute pas non plus de la bonne foi de certains qui font circuler les rumeurs les plus folles et les plus malveillantes. Quand on a autant souffert de ce qu’il y a de pire pour l’homme, comme les populations du Grand Nord ont pu souffrir, on devient plus vulnérables aux manipulations les plus grossières. Mais ne vous laissez pas abuser : si une guerre asymétrique se joue avec les ADF, une guerre psychologique est aussi en cours, avec pour armes les intox, les mensonges et les calomnies diffusées sur les médias sociaux pour faire douter la population de l’identité du véritable ennemi », a insisté Bintu Keita.

En outre, elle rappelle également aux politiciens qui pensent se faire élire ou réélire en 2023 devant l’immensité des souffrances de la population que Beni demande et mérite une trêve partisane, et que toutes les forces politiques travaillent ensemble à restaurer la paix et la sécurité avec les institutions nationales et provinciales sans arrière-pensées politiciennes.

Il faut rappeler que des jeunes manifestent depuis plus d’une semaine à Kasindi, Butembo, Béni et Goma pour exiger le départ de la MONUSCO.

Socrate Ndala

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s