RDC-Assemblée nationale Election-2023: « Le recensement ne peut pas être un préalable à la tenue des élections »dixit Corneille Naanga

Le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) Corneille Naanga a émit ses analyses sur les prochaines échéances électorales. Il avait jadis renseigné la lanterne des honorables députés de la chambre basse le mardi 13 avril dernier, suite aux préoccupations liées à l’organisation des élections, après avoir présenté la semaine dernière son rapport général sur le processus électoral.

Des interrogations aux sujets de l’organisation des élections en 2023 commencent déjà à faire surface car deux son de cloche se laissent déjà entendre au parlement; pour les uns il faut organiser un recensement afin d’avoir un fichier fiable et par contre pour d’autres le recensement ne pas une conditionnalité indispensable à la bonne tenue des élections.

L’avis de Corneille Naanga vient comme trancher ce débat à l’hémicycle, Celui-ci affirme que le recensement n’est pas un préalable absolu à la bonne tenue des élections en 2023.

« Lier les élections au recensement général de la population est dangereux » s’exclame le patron de la commission électorale nationale indépendante. Il précise également que la tenue des élections dépend la majeure partie de la volonté politique.

« Lier les élections au recensement général de la population est dangereux dans la mesure où les deux activités ne dépendent pas de même institutions et n’obéissent nullement aux même contraintes calendaires » a énoncé le président de la CENI Corneille Naanga.

Il a en outre soulevé la problématique sur la fameuse réforme prôné par certains acteurs politiques ;en occurrence Lamuka qui avait vivement soulevées la questions et préconisé cette démarche. Le président de la CENI estime quant a lui que ce processus à énormément pris un train de retard, on doit dire les choses telle qu’ils se présentent déclare Corneille, il estime qu’on doit faire les choses promptement afin de rattraper les temps perdu et ne pas violer le délai constitutionnel afin de préserver la concorde au sein la nation.

Corneille Naanga estime notamment que le processus devrait même débuté au plutôt en 2019. La reforme et les remplacements des nouveaux membres de la CENI, devaient en principe intervenir à la même année pour bien aplanir les choses. Quoiqu’il en est le président de la CENI dit que ce retard, est surmontable on y mettant le moyen et bien manager les choses.

Naanga a également mis en garde contre les éventuels difficultés à prévenir, entre autres la question sur la qualité du fichier électoral et sa fiabilité. Tous doit déjà être traiter à l’avance à-t-il dit, car les prochaines controverses à quelques pas des élections peuvent tournées autour du fichier électorale.

Jason Munginda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s