Nord-Kivu : Face aux caprices de l’état de siège, l’appareil judiciaire s’illustre par la faiblesse historique (Me Muhindo Sikwaya)

Près d’une semaine en mission de travail dans la ville touristique de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le professionnel du droit et inscrit au barreau de l’Ituri, Maître Merveille Muhindo Sikwaya, désire palper au bout du doigt la réalité absolue dans le dossier de l’assassinat du policier qui assurait la garde au super marché Kin-Soir installé dans la cité frontalière de Kasindi, Obadi Nyembo tué à bout portant la soirée du dimanche 1er janvier 2022, par un militaire incontrôlé des FARDC attaché à l’auditorat militaire inspectorat de Kasindi, dans le secteur de Ruwenzori en territoire de Beni.

« Nous avons été été dans la suite judiciaire au parquet général près la cour d’appel, par rapport à nos dossiers au sein du tribunal militaire garnison de Beni, nous avons eu l’occasion d’aller voir le colonel Sekololo chargé de paie des militaires, et nous avons été également au commissariat principal provincial de la police pour suivre de près le dossier de l’assassinat de Obadi Nyembo qui était lâchement abattu à Kasindi, par un militaire attaché à l’auditorat. Parce que, le conjoint survivant est en train de croupir dans la misère pendant qu’elle ne perçoit même pas le salaire de son époux décédé, nous voudrions voir la justice être clémente et rendre un verdict à la faveur des orphelins de M. Obadi qui a servi sous le drapeau », a-t-il indiqué lors d’une interview accordée à axenordsudmedia.com

Ce spécialiste du droit congolais Me Muhindo Sikwaya Merveille estime tout de même que, ce dossier judiciaire qui est pendant de manière aléatoire, donne le feu vert de critiquer l’état de siège qui ne vale à rien dans le domaine de la justice.

« Depuis combien de temps, un monsieur qui pouvait être condamné en flagrance mais, l’audience n’a jamais été organisée. À Goma où nous sommes nous sommes sûr et certain que, nous seront par-devant, la cours militaire qui doit aussi nous démontrer qu’est-ce qui freine l’appareil judiciaire pourvu que, le dossier par-devant la justice traine pendant qu’il y a des victimes qui souffrent. C’est l’amnésie qui s’annonce pendant que le militaire tracassent et pillent les gens, sous l’anonymat de l’état de siège » a-t-il ajouté.
À l’en croire, cette situation troublante auprès de la population civile est alimentée par certaines hommes en uniforme (militaires et policières), devenus coutumiers dans la cité de Kasindi à la frontière congolo-ougandaise. D’où la nécessité de leurs hiérarchies de procéder à une mutation scrupuleuse. Puisque le besoin impératif est d’avoir les gens qui rendent un bon service loyal sous le drapeau, afin de voir ces derniers être applaudi par la population.

« C’est à celà que nous sommes en train de clamer l’innocence et dénoncer la victimisation de la population civile qui au jour le jour, est victime de tracasseries. Maintenant lorsqu’il y a les députés nationaux qui veulent faire un colloque pour lever l’équivoque de l’état de siège, qui n’a servit à rien. Peut être ce régime spécial a servi au ventre des familiers et au népotisme voir même, au paternalisme militaire, mais qui a été sans bénéfice pour le peuple de l’Est du pays. La sécurité n’en parlons même pas. Le mariage civilo-militaire est très loin d’illustrer les valeurs initiales du respect des droits de l’homme », a-t-il conclut.

Paul Zaïdi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s