Le Caporal Murumba a tiré sa révérence

C’est à l’hôpital de référence du Camp Lieutenant Colonel Kokolo de Kinshasa que l’inoubliable artiste humoriste Joseph Nsita Tombe, dit Caporal Murumba, a rendu l’âme suite à une maladie. 

Cette triste nouvelle a été  livrée par Chaka Kongo, président de l’Asbl Artiste en Danger, et nous relayée par factuel.cd. Le confrère nous renseigne que le défunt Joseph Nsita Tombe compte faire un comeback dans l’humour ici au pays après avoir passé 34 années en Côte d’Ivoire, à Abidjan. Dont son retour  en décembre 2020.

Le Caporal Murumba a distillé la bonne humeur sur les antennes de l’OZRT, aujourd’hui la RTNC, d’il y a une trentaine d’années; des années qu’il a passé au pays d’houphouet Boigny  et de Watara. Le dernier de l’ensemble du trio nous quitte à quelques jours de l’ensevelissement de Kuedi Mayimputu. Ces compaires nous ont quittés bien loin de leur patrie, à savoir: le commandant Danga et Abura Ngando. 
Ce trio Dasufa était plus ancré dans la comédie musicale, pour la petite histoire, et restera gravé dans la mémoire collective de la Nation culturelle qui est la République démocratique du Congo.  

Sur scène, le caporal Murumba avait une présence irrévocable avec un jeu très soutenu sans cassure et une musique sans fausse note. Oui! Il s’en allé, ce brave, ce monsieur de la culture, cet ambassadeur de la République ! Militaire, artistiquement vécu, le caporal Murumba nous quitte dans un hôpital militaire.
Bravo, l’artiste !

Junior NZEZA

Kinshasa : ALBERT MOLEKA ancien Directeur de cabinet d’ETIENNE TSHISEKEDI a rendu visite à JIMMY KITENGE MANGANDA

Le dimanche 28 août dernier, Albert Moleka s’est rendu à la prison centrale de Makala, située dans la commune de Selembao à Kinshasa, où il exerce, depuis 28 ans, ses activités « d’aumônier des prisons ».

« JIMMY KITENGE A BESOIN DE SOINS »
A Makala, Moleka a visité notamment Jimmy Kitenge. Secrétaire national chargé de la Communication du parti kabiliste, le PPRD, « Jimmy » se trouve, depuis le 10 août, en « détention préventive » dans cet établissement carcéral du chef de « propagation de fausses rumeurs ». Il a été interpellé, le 26 juillet, par des agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR).

Au motif qu’il aurait déclaré – dans un des médias diffusés sur YouTube – qu’un « complot » serait en gestation contre la personne de la dame Marie-Olive Lembe di Sita, épouse Kabila.Le communicant du PPRD a passé une quinzaine de jours de « garde à vue » à l’ANR. Des voix se sont élevées pour vitupérer contre ce fait constitutif de « violation » du quatrième alinéa de l’article 18 de la Constitution qui stipule que « la garde à vue ne peut excéder quarante-huit heures ».

Depuis la nuit des temps, les « services » ont tendance à s’exonérer de cette obligation en invoquant le caractère exceptionnel des questions touchant à « la sécurité nationale ».
Lors de cette rencontre, l’aumônier Moleka dit avoir entendu Kitenge se plaindre notamment de mal de tête et de vertiges. « Quand je l’ai regardé, raconte Moleka, je me suis rappelé un épisode vécu en 2012 lorsque l’administrateur général de l’ANR d’alors, Kalev Mutond, m’avait contacté pour que j’aille récupérer Jacquemin Shabani, alors secrétaire général de l’UDPS ».

Moleka de poursuivre : « Le regard que j’avais perçu chez Jimmy est le même que celui que j’avais remarqué chez Jacquemin. C’est la situation d’une personne qui sort d’une torture extrême ». Pour avoir le cœur net, Moleka dit avoir demandé à Kitenge s’il avait été torturé. Réponse : « Il dit avoir été battu à l’aide d’une matraque à l’ANR. Ses bras portaient des blessures qui se sont cicatrisées ». Pour l’aumônier Moleka, l’état de Jimmy Kitenge requiert des « soins appropriés ».

Concluant sa narration, Albert Moleka Nzoko s’est dit horrifié de lire sur un tableau que la prison de Makala, construite en 1958 pour héberger 1.500 détenus, compte à ce jour 9.158 pensionnaires. A croire le locuteur, le « Pavillon 8 réservé aux VIP serait scindé en 8A et 8B ». Selon lui, « les détenus logés au Pavillon 8A ne sont pas gérés par le directeur de Makala mais par les services de sécurité ». Après avoir fustigé les conditions d’hygiène précaires et « l’absence totale d’humanité » dans ce lieu carcéral, Moleka de tonner : « Je tiens à dénoncer la situation des droits de l’homme à Makala ».

DESENGORGER LA PRISON DE MAKALA
Pour Moleka, la situation qui prévaut à Makala lui parait inimaginable dans la mesure où le Congo-Kinshasa est dirigé « par des opposants d’hier qui ne cessaient de vouer aux gémonies ce genre de pratique en prenant des risques pour leurs vies ». La main sur le cœur, l’ex-directeur de cabinet du regretté « Tatu Etienne » soutient qu’il n’a jamais vu une telle situation en vingt-huit années d’aumônerie.

« La situation est pire que sous les présidents Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila et Joseph Kabila que je considérai comme un méchant ».Cette dernière affirmation a fait bondir Norbert Yamba Yamba qui a rappelé notamment le cas des personnes condamnées à 15 et 20 ans de prison dans le procès LD Kabila. « Ces personnes ont été graciées par le président Felix Tshisekedi », dira-t-il. Dans un style inimitable, Kalele Kabila a eu ces mots : « Prisonniers ou pas, les détenus sont avant tout des êtres humains qu’il faut respecter ».
Au mois d’avril dernier, la ministre de la Justice Rose Mutombo est apparue impuissante face à la problématique du surpeuplement à la Prison de Makala.

Elle s’est limitée à constater qu’il y avait à l’époque 8.889 prisonniers dont 4.271 en « détention préventive » et 2.026 condamnés. La ministre avait aussitôt « instruit » les deux procureurs généraux près les Cours d’appel de la capitale. Les deux hauts magistrats avaient reçu mission de désengorger la Prison de Makala. Depuis lors, le nombre de pensionnaires a été revu à la hausse soit 9.158. Allo! Madame la ministre Rose Mutombo…

il y’a combien des Jimy Kitenge. Donc la réforme des procédures des procès s’impose, accélérer les procès. C’est une charge non indifférente pour l’état, mais aussi l’état des droits, parceque sûrement il y’a des innocents à Makala.

Société ..,
Des ONG déplorent surpopulation carcérale et détentions irrégulières à Kinshasa.

Kinshasa : La société civile Congo mon Pays exige l’éclairage de la CENI sur les élections en 2023

En date du samedi 03 septembre 2022, l’asbl Congo mon pays a tenu une activité interpellatrice axée sur « la traçabilité du manoeuvre de la feuille de route du processus électoral » il s’agissait d’un moment d’échanges avec la presse, organisé à son siège national, situé au bâtiment de l’immeuble Libéral dans la commune de Bumbu.

Organisée dans le but de rappeler à la Commission Électorale Nationale Indépendante « CENI » le souci de la population lié au retard de la pérennisation du processus électoral, prévu en 2023.Ce, la société civile dans sa casquette de défendre le droit de l’homme, lutter notamment pour le développement intégral de la RDC par sa main d’appui aux institutions nationales entre autre la CENI.

Et face à la presse, son coordonnateur national Baby Lumingu Mulega a exposé leurs inquiétudes quant à l’organisation de ces fameuses élections. »Il ya de cela 7 mois et quelques jours non pris en compte que la CENI a rassuré qu’il y aura élections pour l’année 2023. Cependant jusqu’à l’heure actuelle, aucune suite favorable encore moins des explications justificatives de tout ce retard constaté.

Nous nous demandons ce que s’est le vrai souci que rencontre cette commission jusqu’a en être si calme et indifférente », a-t-il tonné
Par ailleurs, tout au long de cette activité, une proposition selon laquelle les chefs des villages doivent être impliqués pour l’identification de la population afin d’éviter la participation des infiltrés aux élections a été à l’organisation nationale pour l’identification de la population « ONIP ».

Rappelons que la société civile Congo mon pays est coordonnée par Baby Lumingu Mulega et cette plateforme a pour mission de défendre l’intérêt public.Pour clore, portant référence à la feuille de route du processus électoral 2021-2027 publiée et arrêtée, cette société civile lance un cri d’alarme aux autorités complétantes de la CENI de bien vouloir ouvrir l’œil et agir sur « la traçabilité du manœuvre de la feuille de route du processus électoral ».

Laetitia Kabala

RDC : L’arrestation arbitraire de Jimmy KITENGE consacre l’effacement de l’Etat de droit sous Félix TSHISEKEDI et ouvre un chapitre à la dictature manifeste ( Aristote NGARIME)

Le philosophe chinois Confucius disait-il pas ? l’homme peut choisir entre trois voies pour agir de façon intelligente : d’abord en réfléchissant ; ce qui est la voie la plus noble, ensuite en imitant ;ce qui est la voie la plus simple,et enfin en faisant des expériences propres ; ce qui est la voie la plus douloureuse. Jimmy KITENGE MANGANDA s’engage à la première voie avant de parvenir à la 3ieme, d’abord dans les débats politiques intelligents, les cachots de l’ANR et la prison centrale de MAKALA,prouesse indélébile.

Il m’est parfois difficile de le décrire, je l’observe minutieusement depuis peu, figure de proue de la communication politique de notre temps, perspicace,pugnace,franc-parler digne d’un katangais,courageux,syndicaliste de souche ,initiateur de plusieurs jargon dans les débats politiques defrayant la chronique.


Jimmy KITENGE MANGANDA katangais,jeune,38 ans, marié et père de 3 enfants, très tôt, il débute son activisme à l’université, architecte, puis il intègre le PPRD en 2004-2005.Au lendemain de l’effondrement politique FCC-UDPS, il s’y est opposé farouchement avec raison au régime actuel par sa communication politique.


Il déniche les causes de l’inefficacité du régime actuel contrairement au discours fallacieux ,c’est Kabila qui me bloque.Jimmy KITENGE MANGANDA démontre que l’échec du régime TSHISEKEDI tire sa source dans l’incompétence notoire ,de la jouissance, la complaisance, le tribalisme animal,la corruption,le clientélisme et l’impreparation de l’UDPS.


Voilà le début de ses ennuis politiques , du coup , il devient insupportable par le régime actuel . ainsi que certains communicateurs approximatifs de l’Union sacrée.Il dit, servir mon Parti le PPRD en cette période est une tâche exaltante,homme de conviction et pragmatique.

Jimmy KITENGE MANGANDA a été élevé le 26 juillet 2022 par les agents de l’ANR dont le document reprenait ce qui suit :
Rechercher, arrêter, neutraliser et ramener sous bonne escorte,Était-il un malfaiteur ou un rebelle?

Pour rappel, la loi portant organisation et création de l’ANR dans son article 2 stipule que l’agence Nationale de Renseignement est placée sous l’autorité du Président de la République .Transféré ce jour à la prison centrale de MAKALA pour ses convictions politiques.

L’arrestation arbitraire de Jimmy KITENGE consacre l’effacement de l’État de droit sous Félix TSHISEKEDI et ouvre un chapitre à la dictature ouverte.Le connaissant, je suis fort convaincu que la flamme du militantisme ne s’éteindra jamais.

Courage tu as marqué ton époque.

Aristote ngarime compagnon de la résistance

Musique : Ferre Gola recouvre sa liberté

L’artiste musicien Ferre Gola qui a été emprisonné depuis le 03 juin dernier, est sorti, tôt dans la matinée du lundi 08 août 2022, de la prison en France.

Selon son avocat, il a bénéficié d’une liberté conditionnelle. « Il est présentement chez lui à la maison », a affirmé Mtre Hugues Matadi, son avocat.

Il faut le rappeler que l’artiste a été incarcéré en France le 03 juin 2022, à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle.

La rédaction

Page rose : Olive Lembe souffle son énième bougie d’anniversaire

La première dame honoraire de la République, Olive Lembe Kabila souffle, ce vendredi 29 juillet, son enième bougie d’anniversaire de naissance.De tels moments n’arrivent pas toujours. Et quand ça tombe à point nommé, il est de notre devoir de les immortaliser en lettre de noblesse.

Et à une personne de bienfaisance, les mots n’en manquent pas pour lui souhaiter toutes les merveilles du monde pour tout ce qu’elle entreprend en guise du bien-être de sa communauté.

Tous les regards sont braqués à Maman wa Roho comme on l’appelle affectueusement, pour lui inonder d’une pluie torrentielle de félicité dont les œuvres parlent toujours à sa place.

Au nom de toute la rédaction d’axenordsudmedia, nous souhaitons un heureux anniversaire à Maman Olive Lembe Kabila. Que cet énième bougie contribue énormément à votre santé financière, afin que vous continuez toujours à œuvrer au service de ceux-là qui en ont besoin.

La rédaction

Parquet près la cour de cassation : JM Kabund en homme libre, après sa première audition

Le nouveau challenger au Président de la République, Jean-Marc Kabund vient de regagner sa maison, en homme libre, après son audition au bureau du Procureur Général près la Cour de Cassation.

Le Président national du parti Alliance a passé la la quasi-totalité de sa journée, dans cette instance judiciaire. La prochaine étape de son instruction est annoncée pour le 2 août prochain.

Bien avant sa descente au parquet près la cour de cassation, quelques incidents ont été enregistrés au niveau du boulevard du 30 juin, entre un échantillon de ses militants qui l’escortaient et les éléments de la police.

Ce qui est de sa convocation, le nouvel opposant au régime actuel avait tenu des propos musclés à l’endroit du Chef de l’État, lors de sa sortie médiatique du 18 juillet, date à laquelle il a lancé officiellement son parti politique.

Rédaction

Enlèvement de Jimmy Kitenge : Le PPRD exige sa libération immédiate

Politique

Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), parti cher à Joseph Kabila, dénonce fermement l’enlèvement de l’un des cadres du parti, Jimmy Kitenge, survenu dans la matinée de ce mardi 26 juillet, par les agents de l’ANR.

Selon nos sources digne de foi, il aurait été interpellé devant les les locaux de la chaîne de télévision Canal Congo (CCTV) où il se rendait pour participer à une émission politique.
En connaissance de cause, ce parti de l’opposition tient la communauté internationale en témoin et exige la libération sans condition de son secrétaire national en charge de la communication et médias.

Par la même occasion, le PPRD attiré l’attention de la communauté nationale et internationale, les ONGD des droits de l’homme sur la dégradation du climat politique en RDC à l’aube des élections, apprend-on d’un communiqué du département de la communication et médias, parvenu à votre rédaction.

La rédaction

TRISTE NOUVELLE : LE JOURNALISTE SPORTIF PATRICK LUPIKA KABWISI N’EST PLUS

C’est avec un cœur plein de consternation que la rédaction de club des sports annonce la mort du journaliste sportif Patrick Lupika Kabwisi.

À en croire certaines sources familiales l’ancien journaliste de Kyondo tv et de Digital Congo serait mort de suite d’une noyade dans une piscine depuis le Canada où il se journait depuis un temps.

Nos sincères condoléances à toute la presse sportive ainsi qu’à sa famille biologique.

La rédaction