Kinshasa : Olive Lembe apporte son soutien à Fils Mukoko

Éprise d’un coeur généreux, Mme Olive Lembe Kabila, épouse du président honoraire de la RD-Congo, vient en aide à son compatriote Fils Mukoko, l’un des cadre de l’UDPS.

Elle n’a jamais fermé les yeux face à toutes les situations préoccupantes dans la société. Elle marque toujours des points dans son panier.
Quoi dire de plus ! Malgré les clivages politiques, elle s’est permise de prendre en charge les soins médicaux de celui que l’on appelle « Gardien du temple » par les acolytes du parti présidentiel.

Ce geste posé par la première dame honoraire prouve à suffisance que l’on est un seul peuple uni et indivisible. Et l’entraide et pardon mutuel doivent être le repas quotidien de tous les congolais.
Rédaction

RDC : Vital Kamerhe acquitté du procès 100 jours

La cour d’appel de Kinshasa/Gombe vient de rendre son verdict final sur l’affaire 100 jours qui faisait couler beaucoup d’encre et de salive.

Se référant à sa sentence, Vital Kamerhe, président de l’UNC et Samih Jammal, président de la société Samibo, ont été blanchis de cette affaire de détournement des derniers publics alloués au programme 100 jours du Chef de l’État, dans son axe lié à la construction des maisons préfabriquées.
Après l’emprisonnement de quelques mois, Vital Kamerhe avait reçu une liberté provisoire pour des raisons de santé.

Le camp de l’UNC chante la victoire tant réclamée depuis l’incarcération de leur leader Maximo.

« Nous disons merci à la justice juste et au peuple congolais pour le soutien et l’accompagnement. Dieu est grand ! », écrit Michel Moto, assistant principal de Vital Kamerhe, sur Twitter.

La rédaction

Rapatriement des répliques de Patrice Emery Lumumba en RDC : Sama Lukonde et une importante délégation congolaise déjà en Bruxelles

Accompagné de quelques membres du gouvernement notamment, la Ministre d’Etat à la Justice, les Ministres de la Santé, de la Culture et de la Communication, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, est arrivé à Bruxelles ce dimanche matin dans le cadre du programme du rapatriement des restes du tout premier Premier Ministre de la RDC, le feu Patrice Emery Lumumba, héros National.

La Ministre de la Culture, Arts et Patrimoines de la RDC, Catherine Kathungu Furaha note avec satisfaction l’aboutissement heureux de ce processus. A l’en croire, les relations entre la RDC et la Belgique sont au beau fixe sur divers plans.

« Nous venons d’arriver (Ndlr : à Bruxelles). Ce moment est hautement politique et historique pour notre pays de voir enfin après 61 ans, nous devons récupérer la dépouille de notre héros National pour aller lui offrir un tombeau digne. C’est un programme qui a commencé depuis que notre Chef de l’État a pris les affaires en mains. Il a promis aux congolais de contribuer à la relecture de notre histoire en ramenant la dépouille de notre héros au pays pour qu’il soit enterré dignement mais aussi en renouvellement notre diplomatie avec la Belgique.

Chose qui a commencé parce qu’ il y a quelques jours seulement que sa Majesté le Roi est arrivé chez nous pour visiter le pays où il a été reçu par le Chef de l’État et son épouse et une occasion de renaître encore en termes diplomatique. Il nous a remis le masque. Et ça, c’est une autre étape qui suit celà.

Nous venons pour l’accomplissement de ce qui a été promis, pendant de cette période où nous sommes appelés à la paix, à la réconciliation. Nous devons accompagner cette paix, cette réconciliation avec des actes concrets », a fait savoir la Ministre de la Culture, des Arts et patrimoines, Catherine Kathungu Furaha.

Et d’ajouter :
» C’est le Chef de L’État qui devrait venir mais il a délégué le Premier Ministre pour venir le représenter et accompagner la famille de notre héros national pour récupérer la dépouille et pour la ramener au pays. Il y a un programme tracé depuis plus d’une année. On va procéder d’abord par la remise de la dépouille à la famille. Ça sera fait par le procureur belge qui le faira parce que c’est un acte juridique.

Après cela, politiquement, il faudra que la famille remette la dépouille au Gouvernement et elle sera reçue par le Premier Ministre qui va faire accompagner celle-ci dans toutes les cérémonies nécessaires afin de la ramener au pays ».

La rédaction

PPRD : Marie-Madeleine Mienze n’est plus

La secrétaire générale adjointe honoraire du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), Marie-Madeleine Mienze Kiaku a tiré sa révérence, samedi 18 juin 2022, de suite d’une courte maladie.

Pour Shadary Ramazani, le secrétaire permanent de la famille politique de Joseph Kabila, le parti vient de perdre une camarade de grande valeur, une figure emblématique d’une haute intelligence avec un cursus élogieux des services rendus au parti et à la nation toute entière.

Le programme des funérailles sera communiqué ultérieurement après concertation avec la famille.Ainsi, la rédaction d’axenordsudmedia présente ses condoléances les plus dévouées à la famille biologique de l’illustre disparue, aux cadres ainsi qu’aux militants du PPRD.

La rédaction

RDC : Jacky Ndala est enfin libre de tout mouvement

Le coordonnateur national de la Jeunesse d’ensemble pour la République, parti cher à Moïse Katumbi, vient de quitter la prison centrale de Makala.

Il a bénéficié d’une grâce présidentielle lui étant accordée depuis le début de cette année.Ce leader d’opinion était condamné à deux ans de prison ferme, pour incitation à la désobéissance civile.

Pour votre gouverne, il lui avait été reproché d’inciter ses sympathisants d’aller protester devant le palais du peuple, au moment où l’affaire de la loi sur la congolité defrayait la chronique.

Il a été emprisonné le 20 juillet 2020. Il n’a pas purgé l’entièreté de sa peine. C’est sur ordre d’une grâce présidentielle que cet animateur politique quitte la prison.

La rédaction

Tshopo : Madeleine Nikomba proclamée gouverneure de la province

C’est dans la soirée de ce mercredi 15 juin 2022 qu’un long suspense a pris fin. La Tshopo connaît désormais sa nouvelle autorité provinciale, après un long feuilleton. Le nouvelle gouverneure de la province de la Tshopo s’appelle Madeleine Nikomba.

Le 9 mai passé, après une égalité des voix avec Madeleine Nikomba, la CENI proclamait Tony Kapalata gouverneur. Cette élection avait été contestée suite au non-respect de la procédure de vote qualifiée d’irrégulière. Après un recours de la partie Nikomba à la Cour d’Appel, elle obtient afin l’annulation des élections.

Insatisfait de cet acte, Kapalata introduit à son tour un recours au Conseil d’État. Cet organe de la loi proclamera Nikomba gouverneure de la Tshopo. Jugement contesté, qui a suscité moult commentaires et une sortie médiatique de la ministre de la justice et garde des sceaux, Rose Mutombo Kiese.

Finalement, après des moments tumultueux, Madeleine Nikomba Sabangu sort vainqueur. Le Conseil d’État a tranché à sa faveur. Elle succédera alors à Walle Lufungula et deviendra la 4ème gouverneure de cette jeune province et la première femme à la diriger.

Kangamina Musingilwa depuis Kisangani

Invalidation des députés à l’Assemblée nationale : Jaynet Kabila monte au créneau et crie au scandale

L’invalidation de cinq députés faisant partie de l’opposition continue d’alimenter le débat dans l’opinion publique. Certains acteurs politiques desavouent l’assemblée nationale, après cette décision irréfléchie de faire partie ces 5 élus nationaux de l’hémicycle.

Prenons le cas de la députée nationale, Jaynet Kabila, sœur jumelle du président honoraire de la RD-Congo, fustige la démarche entreprise par la chambre basse du Parlement et crie au scandale en dénonçant des violations massives de la constitution et règlement intérieur par cette institution législative du pays.

« On se demande si on a encore une Assemblée nationale. Nous du FCC, aurons une rencontre pour voir s’il y a nécessité de continuer à participer à la violation du règlement intérieur », a-t-elle fait savoir.
La décision de l’invalidation de ces 5 députés nationaux a été prise au cours de la plénière tenue ce mercredi 15 juin 2022, au Palais du peuple.

La rédaction

Littérature : Le Forum des jeunes écrivains à vécu

Organisé du 9 au 11 juin derniers par le mouvement littéraire « Les Révoltés de la Plume » et les Éditions Mikanda, le forum des jeunes écrivains congolais dénommé « Feuille de route » a connu la participation de Negué Fly, Marc Kanyinda, à l’Espace Willfood dans l’enceinte du siège des Médecins sans frontières dans la commune de Ngaliema.
Les Révoltés de la plume a primé les gagnants du Prix RÉVOLTÉS DE LA PLUME et Étoile Littéraire 
 
Le mouvement littéraire Les Révoltés de la plume a remis des prix à des jeunes auteurs congolais ce vendredi 10 Juin. Cette remise s’est tenue dans l’espace WillFood.
 
C’est à l’occasion de la première édition du forum littéraire des jeunes écrivains congolais « Feuille de route » que cette remise est intervenue. Des auteurs de la RDC et d’ailleurs ont été primés. Ces prix ont été décernés dans plusieurs catégories dont le roman, la poésie et d’autres. Il s’agissait des deux prix différents notamment : les Révoltés de la plume et le prix Étoile littéraire.
 
 
Les primés pour le prix les Révoltés de la plume et leurs œuvres dévoilés
 
1. Daniel Aloterhembi, « le parcours de Christelle », le prix du meilleur roman ;
 
2. Kertis le Banlieusard, « Aux astres perdus », le prix du meilleur poésie ;
 
3. Jonathan Diana, « Dieu a besoin de la jeunesse », le prix du meilleur récit ;
 
4. Emmanuel Kuzamba, le prix du meilleur journaliste littéraire ;
 
5. Murielle Musao, « Femme et fière », le prix du meilleur Slam ;
 
6. Richard Aukumwana, « Guide du bon amour », le prix du meilleur essai littéraire ;
 
7.  Reddy Nsayolo, le prix du Mécène.
 
 
Les primés du prix Étoiles littéraires
 
– Poésie : Koudoussou Fioku avec son poème « TAM TAM »
 
– Nouvelle : Pat Le Gourou avec son texte «TELEMA».
 
 
Le prix de l’immortel a été remis à Harris Kasongo, à titre posthume. Il est, il faut le signaler, l’initiateur du mouvement littéraire les Révoltés de la plume. Ce poète et journaliste congolais a participé aussi à l’élaboration tant du prix les Révoltés de la plume que celui d’Étoile littéraire. Fort malheureusement, il n’a pas pu assister à la remise des prix puisqu’ayant tiré sa révérence le 19 Mars dernier.
Rappelons que des votes ont intervenu à 40% pour le prix « Les Révoltés de la plume » seulement pour les catégories des oeuvres, pour les autres dont le prix du meilleur journaliste, du mécène et de l’immortel, le jury lui-même a décidé de décerner le prix suivant des critères qui n’ont pas été rendus publics.
 
Kertis « Le Banlieusard » raffle son premier prix littéraire avec « Aux astres perdus » 
 
Le mouvement littéraire « Les Révoltés de la plume » a remis des prix à des jeunes auteurs congolais ce vendredi 10 Juin. Cette remise s’est tenue dans l’Espace WillFood dans la commune de Ngaliema, dans l’enceinte de la concession des médecins sans frontières.
 
C’est à l’occasion de la première édition du forum littéraire des jeunes écrivains congolais que cette remise est intervenue. Des auteurs de la RDC et d’ailleurs ont été primés. Ces prix ont été décernés dans plusieurs catégories dont le roman, la poésie et d’autres. Il s’agit des deux prix différents notamment : « Les Révoltés de la plume » et le Prix « Étoile littéraire ».
 
Pour la catégorie meilleure poésie, le poète Kertis « Le Banlieusard » gagne le Prix « RÉVOLTÉS DE LA PLUME  » de la meilleure poésie grâce à son recueil de poèmes « Aux astres perdus » publié aux Éditions Mikanda 
 
Elle a remporté ce prix face à Fabrice Lukamba avec son recueil Écoutez le poète et Innocent Tuy avec son recueil SPLEEN/Grand Prix du Jury du Prix Youve2021
 
Kertis « Le Banlieusard », de son vrai nom AUGUSTIN LUAGADI, est un slameur et poète de Kinshasa âgé 21 ans. Il évolue sur la scène littéraire depuis deux ans.
 
« L’implacable Kinshasa » de Marc Kanyinda inaugure la première édition
 
Le recueil des nouvelles « L’implacable Kinshasa » de Marc Kanyinda a ouvert le soir de ce jeudi 09 Juin, la première édition du forum littéraire des jeunes écrivains congolais. Face à l’auteur, écrivains et amoureux des belles-lettres ont discuté sur cette ouvrage paru aux éditions Mikanda.
 
Tout a commencé avec la présentation du livre et de son auteur. Après elle, les participants ont bénéficié d’une lecture appétissante d’un extrait des quelques unes de douze nouvelles que compte cet ouvrage. Cette lecture a amené à un échange fructueux entre l’auteur et les personnes présentes. Un échange qui a profité à tout le monde tenant compte de la pertinence, tant des questions, des réponses que des suggestions qui ont été faites à/par l’auteur.
 
Puisque le forum littéraire des jeunes écrivains congolais est un cadre créé pour des échanges entre écrivains et auteurs, il ira jusqu’au samedi 11 Juin prochain. Des rencontres sont prévus autour des plusieurs œuvres et activités dont : « le parcours de Christelle » de Daniel Aloterhembi, et la remise du prix des étoiles littéraires et bien d’autres, ce vendredi 10 Juin. Quant au samedi 11, ce sera d’abord le recueil de poèmes « Spleen » de Innocent Tuy puis une lecture spectacle de « Toile en vers » de l’artiste pluridisciplinaire, Negue Fly Nsau.
 
Quel est le contenu de « L’implacable Kinshasa » ?
 
« Article 15 ; Cette parcelle n’est pas a vendre ; Des moustiques et des punaises de lit… ; Détournement mortel ; La traque de courte-joie ; Le phénomène kuluna ; L’émissaire du délestage ; Les millionnaires de la calamité ; Stade suprême de la jalousie ; Un papillon parmi tant d’autres et  Un policier nouvelliste » sont les douze nouvelles de ce recueil. Ils explorent la capitale du plus grand pays francophone au monde dans pratiquement tous ses aspects.
 
Kinshasa est une ville tragi-comique dont les habitants vivent des réalités dures : l’escroquerie, la tracasserie, la famine, le délestage, le chômage, le banditisme, le paludisme, l’insalubrité, la versatilité des politiciens, détournement des deniers publics et tant d’autres. Pour ceux qui sont passés à Kinshasa, ce recueil est un rappel car, sa lecture leur semblera une observation de Kin la belle. Quant à ceux qui ne sont jamais venus dans la capitale congolaise, c’est une présentation tant de la ville que de ses habitants.
 
Comment se procurer ce recueil ?
 
Cet ouvrage dans le quel Marc dénonce tant l’incompétence que la mégestion des dirigeants congolais est paru aux éditions Mikanda de Kinshasa, dans la collection des nouvelles en ce mois de Juin 2022. Il est disponible dans les librairies de la place et se vend aux éditions Mikanda, l’éditeur ; à la librairie de l’institut français de Kinshasa et à l’espace WillFood, où se tient le forum littéraire des jeunes écrivains congolais. Le forum ira jusqu’au samedi 11 Juin prochain.
 
Qui est Marc Kanyinda ?
 
Né à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, Marc est diplômé en section littéraire, option latin-philo et est licencié en droit économique et social. Il a supervisé les élections présidentielles et législatives pour le compte de la commission africaine pour la supervision des élections, en 2011.
 
Junior NZEZA

Guerre à l’est : « Comme en 1994, la RD Congo au menu des agresseurs. Un danger guète! » (Tribune de Jean Thierry Monsenepwo )


Par Thierry Monsenepwo

Le mutisme observé par plusieurs compatriotes de haut rang, dont la voix aurait pu compter en ces temps où la nation est en danger, est un sujet de préoccupation. Les têtes couronnées de notre pays devraient mettre à profit leur aura à l’instar du prix Nobel Denis Mukwege pour mettre les agresseurs sur le ban des criminels impénitents.
En effet, comme en 1994, l’avenir de la RDC se joue, une fois de trop, dans le triangle kinshasa-Kigali-Kampala.

L’histoire est têtue et elle n’avance qu’en se répétant. La page d’histoire qui est en train de s’écrire actuellement, avec cette autre agression des militaires rwandais déguisés en M23, est de très près similaire à ce que le Zaire de mobutu a connu entre 1994 et 1997.
L’histoire renseigne qu’en 1994, près de 20.000 jeunes tutsi rameutés dans toute la région des grands lacs ont été formés dans les camps rwandais de Gako et Bigagwe. Et selon certaines informations, le M23, aile Makenga, y a trouvé refuge avant cette nouvelle résurgence.

Comme en 1994 lorsque Paul Kagame, Vice-président du Rwanda de l’époque, disait qu’il devait venir en personne finir le dossier interahamwe au Zaire, aujourd’hui, le même Paul Kagame, devenu Président à vie du Rwanda, soutient vouloir venir faire la guerre en dehors des frontières du Rwanda, parlant implicitement de la RDC.

Comme en 1994, lorsque le président Museveni soutenait devant le Président kenyan Arap Moyi, que la vie des tutsi était en danger, et qu’il fallait régler le problème d’où il venait, c’est-à-dire au Zaire de l’époque, aujourd’hui, son fils le chef d’état major, estime que la vie des Hima-Tusti est en danger. Il a tenu ces propos prémonitoires au Kenya devant l’actuel chef de l’état Kenyatta.

Ce samedi 11 juin 2022, la RDC a connu une énième attaque du M23 par Bunagana, menée par des éléments passés par l’Ouganda, qui pourtant est en opération militaire conjointe avec la RDC. Triste ressemblance avec les infiltrations enregistrées en 1994 par la sûreté zaïroise qui avait recensé des mouvements de troupes via l’Ouganda, vers des localités de notre pays comme Bunagana, Kakwa, et Binza.
Il est clair que le Rwanda et l’Ouganda, comme en 1994, jouent à la diversion. Ils font semblant de ne pas être ensemble, pour mieux distraire la RDC, et ainsi, être en mesure de porter ensemble le coup fatal.

Leur objectif commun qu’il ne faut jamais perdre de vue a toujours été, d’une part, celui d’installer en Afrique centrale l’empire Hima-Tutsi. C’est la raison pour laquelle le fils Museveni aime à appeler Paul Kagame son « oncle ». D’autre part, l’Ouganda soutient les prétentions territoriales du Rwanda sur des pans miniers du Nord-Kivu et du Sud-Kivu au nom d’un révisionnisme factice visant à récupérer des terres ayant prétendument appartenu jadis à l’empire rwandais. Il vous souviendra que cette antienne vieille des années du pouvoir royaliste et unitariste tutsi d’avant l’indépendance du Rwanda a été embouchée notamment en 1994 par le ministre rwandais des affaires étrangères de l’époque, Anastase Gasana. La réalité historique est pourtant aux antipodes de ce révisionnisme truqué. C’est au contraire l’empire congolais Bushi qui a perdu ses terres en 1909 lorsqu’il s’est agi de concéder des terres à l’Allemagne pour l’érection de l’enclave dénommée Rwanda.

Au demeurant, il appartient à la RDC d’aujourd’hui de prendre pleinement la mesure de la menace qui se précise. Nous serions bien inspirés, en tant que nation, de prendre diligemment des dispositions drastiques et efficaces ci-après :

Changer le commandement de l’armée en commençant par l’Etat major;
Exiger à la Monusco de se déployer le long de la frontière terrestre entre la RDC et le Rwanda, en lieu et place de faire le tourisme dans certaines provinces pacifiées de la RDC;
Obtenir que la Monusco puisse faire un travail exhaustif de repérage et d’identification des poches résiduelles des FDLR et ex FAR en vue de les renvoyer au Rwanda pour casser définitivement l’alibi de Kagame;
Proposer aux Nations-Unies de s’impliquer dans la création d’une zone sécurisée sur le sol rwandais pour le retour des réfugiés présents en RDC depuis 1994 et leurs descendants ;
Mettre officiellement fin aux relations diplomatiques et autres partenariats entre Kinshasa et Kigali;
Réviser systématiquement l’accord militaire entre Kinshasa et Kampala.

Le Rwanda est loin d’être invincible. Son hégémonisme débridé a souvent prospéré sur l’absence de cohésion interne en RDC et le déficit de stratégie diplomatique, politique et militaire cohérente. Le temps est venu de toucher le Rwanda où ça lui ferait plus mal, en l’occurrence montrer une bonne fois pour toutes au monde que cet état qui se vend comme le parangon de la bonne gouvernance est en réalité une principauté terroriste et génocidaire.

Musique : Ce qu’il faut savoir de l’arrestation de Ferre Gola en France

Condamné par défaut, le chanteur congolais, Ferre Gola est toujours en détention depuis la France.

Pour Me Hugues Matadi, avocat de l’artiste, c’est une affaire privée, donc familiale qui date de 2013 selon laquelle Ferre Gola tentait de ramener sa fille à la raison, mais cela a été mal perçue dans son école.

Plusieurs invitations étaient envoyées à l’artiste. Malheureusement, ce dernier avait changé d’adresse. Faute de quoi, la justice française estimait que l’artiste refuser de se présenter, raison pour laquelle il a été condamné par défaut.

Il faut le rappeler que Ferre Gola a été interpellé les semaines dernières à Paris, au moment où il se rendait en Guinée pour un concert privé.

La rédaction