Kinshasa : Danse et percussions Le Ballet Ubunye a soufflé ses dix bougies

Le Ballet Ubunye a fêté ses dix d’existence au Ciaj dans la commune de Ndjili le samedi 30 avril dernier. Au programme, la performance Opéra et danse contemporaine de Jucko Nzeza et de Vinny Nzuaku a ouvert le bal après le mot de circonstance du directeur artistique du Ballet Ubunye, Sieur Jucko Nzeza.

Dans son mot, Jucko Nzeza a brpassé le parcours parsemé d’épines partant de la création dudit ballet d’il y a dix ans à l’hommage rendu aux fondateurs de cet organe artistique qui encadre les jeunes artistes avec le but de promouvoir la culture traditionnelle congolaise puisant dans l’ancestrale pur du Congo démocratique. Ce ballet a atteint une renommée internationale avec ses spectacles tels que « Libanda », « Tanga kelasi », « Solidarité » et « Anangailesa » remplis d’émotions.

Avec un comité composé des diplômés de l’Institut national des Arts, le Ballet Ubunye se force d’être le plus professionnel dans ses créations artistiques.

Avec la performance Xylophone de Stany Madimba et Luyobisa Luheho Ta Luyobisa, l’élève et le maître ont ébloui la salle.
Poursuivant le programme, bien que bousculé, la prestation des Jeunes Talents de Nador a été suivie de Ndara Manianga avec la présence du Vieux Kamale.

Sous la direction de Jucko Nzeza, la restitution du Ballet Ubunye « Ilonga Kolanga Ko’ Onga » qui est une chorégraphie de Stany Madimba, a clôturé la seconde partie de l’activité dans la salle mythique de la Compagnie Théâtre des Intrigants en électrisant ladite salle.

Junior Nzeza

Kinshasa : les militants du PPRD manifestent devant le palais du peuple

Les militants du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), sont descendu dans la rue, pour exiger la dépolitisation de la CENI.

En homme modèle, le secrétaire permanent du parti cher à Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary a brisé la peur et a fait preuve d’un père de famille, pour accompagner sa troupe jusqu’au palais du peuple, pour une raison commune que tout congolais connait.

Il s’est permis même de s’assoir sur sol quand tout voulait tourner au vinaigre et a maitrisé ses siens pour faire en sorte que l’objectif de la marche soit respecté.

Les éléments de la police congolais ont obéi à leur chef et ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et ont interpellé certains cadres du PPRD. Mais l’essentiel a été fait avec détermination.

Pour le SG permanent du PPRD, les grands enjeux sont encore en vue et ce n’est que le début de ce que les congolais doivent attendre pour se prévaloir de leur droit quand le pays va mal.

La rédaction

14eme épidémie d’Ebola en RDC: un troisième cas notifié en Équateur

La RDC a notifié un troisième cas d’Ebola à Mbandaka (Équateur) la soirée de ce mercredi 4 mai 2022.

C’est l’Organisation Mondiale de la santé qui vient de le confirmer au travers son Twitter de ce jeudi 5 mai 2022. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le troisième cas confirmé est un homme âgé de 48 ans qui était un contact à haut risque du 1er cas, déjà décédé.

« Les autorités sanitaires ont notifié un 3e cas confirmé d’Ebola à Mbandaka le 04 mai.
L’homme âgé de 48 ans était un contact à haut risque du 1er cas. Les intervenants ont identifié 444 cas contacts et poursuivent la surveillance de leur état de santé », écrit l’OMS.

Dans un point de presse la veille soit la soirée de ce mercredi 4 Mai 2022, le Chargé de Bureau de l’Organisation mondiale de la Santé en RDC a révélé que des nouvelles stratégies sont déjà prises pour freiner la propagation de cette maladie.

« La stratégie que le gouvernement a déployée avec notre accompagnement, c’est de faire en sorte d’identifier très rapidement toutes les personnes qui ont été en contact avec ces malades décédées », a expliqué mercredi Dr Amédée Prosper Djiguimde
La RDC fait face à la 14e épidémie d’Ebola. Jusque-là, deux décès ont été enregistrés. Les personnes qui étaient en contact avec les malades ont été listés pour un meilleur contrôle de l’épidémie.

Rappelons que c’est le 22 avril dernier que cette 14 ème épidémie de la maladie à virus Ebola a été déclarée dans la province de l’Équateur par le ministre congolais de la Santé publique.

Et pour venir à bout de celle ci, les autorités sanitaires ont lancé, le 27 Avril dernier, une campagne de campagne de vaccination contre la dite maladie à Mbandaka, chef lieu de cette province.

A ce jour 281 personnes ont été vaccinées, dont 243 contacts des cas confirmés, selon un bilan établi mercredi par le ministère de la santé publique, hygiène et prévention.

Paul Zaïdi

La festival de danse Me Ya Be se clôture avec le thème Transformation et transposition de la scène »

C’est en prélude de la journée internationale de la danse que les lampions de la 11 ème édition du festival International de danse Me Ya Be se sont éteints à la grande Halle de l’Institut français de Kinshasa avec un programme bien étoffé de spectacles , des animateurs , de l’atelier de danse qui est allé du 18 au 29 avril 2022.

Me Ya Be -toi et moi- a ébloui le public de la commune de Kasa-Vubu en leur apportant un spectacle de danse de haute facture, collé à une animation continue. Tous bouillonnaient de curiosité , les habitants ainsi que les passants de ce coin de cette commune mythique et historique par son nom – Kasa-Vubu.

Innovant , la 11 ème édition reste particulière et unique dans son fond ainsi que sa forme.

A la recherche des talents

Depuis la clôture de la dixième édition, édition anniversaire, le comité d’organisation dudit festival s’est assigné une mission lors des échanges avec les artistes, précisément les danseurs, de professionnaliser le métier de danseur par la formation de celui-ci mais en dénnichant les talents enfouis dans les coins reculés de la République démocratique du Congo.

Avec un thème paradigme,  » Transformation et transposition de la scène », cette édition a élevé le niveau perdu avec la période pandémique de la Covid-19.

Les moyens au rendez-vous

Malgré les difficultés rencontrées avec la pandémie, ledit festival, « Toi et moi », a bénéficié du soutien de ses partenaires, à savoir: l’Institut français de Kinshasa, l’Union Européenne, l’ambassade d’Espagne, Goethe Institut et l’absence appuyée de nos institutions culturelles de la République démocratique du Congo.

Temps forts

Les échanges entre danseurs lors de l’atelier, les productions scéniques, notamment, le concert Nelie Liyenge ont été les temps forts dudit festival.

« Être ou ne pas être » a confirmé qui est vraiment danseur.

Entre le chorégraphe et le danseur interprète, il y a un fossé que bon nombre de danseurs s’aventurent à traverser sans les outils nécessaires pour la besogne.

Trou du souffleur

Georges Nzuzi Salabiaku, administrateur de Me Ya Be :  » Je suis personnellement content du déroulement du festival car nous avons atteint 80% de faisabilité de la 11 ème édition. Bien que certains partenaires se sont rétractés sans donner des raisons valables. Mais en somme, l’atelier de danse, les échanges entre danseurs et les productions scéniques ainsi que la conférence de presse figurent dans les résultats escomptés de ce projet qui est la 11 ème édition du festival international de danse Me Ya Be. »
David Kazembe, chorégraphe et danseur: « Tant que je vis, apprendre est un concept que je m’emploie à faire. Les rencontres d’échanges entre hommes et femmes de même métier s’avèrent très importantes dans la vie de l’artiste que je suis. Me Ya Be est l’une de celles qui me met en valeur ainsi que l’art que je pratique. »

Masand Mafuta, chargé de communications de Me Ya Be : Aujourd’hui, Me Ya Be, en tant que festival international de danse, s’affirme avec la participation des pays d’Europe : la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, la Norvège, la République démocratique du Congo et la République du Congo. Pour cette édition, l’atelier de danse et la production dans les communes périphériques comme Kasa-Vubu avec le spectacle « Mboka na Mboka » de Tshilengelu d’Arts ont été très importantes pour corroborer avec le thème de l’édition  » Transformation et transposition de la scène ». Le comité d’organisation du festival a réussi son pari.

Le rendez-vous est pris pour le mois de mai, pour le lancement de Me Ya Be avec la danse urbaine en compétition de 60 groupes hip hop venus de Kinshasa qui vont s’affronter trois jours durant. »

Junior NZEZA

Nord-Kivu : le jeune homme de 16 ans kidnapé à Sake et dont on exigé 3.000$ a réussi à s’échapper

Alors que ses ravisseurs exigeaient depuis avant-hier la somme de 3.000$ pour sa libération, le jeune homme de 16 ans kidnapé le 26 avril dernier à Sake, dans le Groupement Kamuronza en territoire de Masisi, a réussi à s’échapper des mains de ses ravisseurs la nuit de mercredi à ce jeudi 5 mai 2022.

La victime Ishara Balume Ezéchiel, âgé de 16 ans et élève en 1ère HP à une école secondaire de Sake (Institut Londa), indique qu’il s’est échappé lors que les personnes qui le surveillaient ( environ cinq) se sont en dormi, il en a alors profité pour s’éclipser d’elles et atteindre la route Goma-Sake.

Celui-ci fait savoir qu’il était enlevé par septs personnes qui l’avait orienté vers le parc des Virunga pour le garder dans une grotte au Nord de l’entrée du village de Nzulo sur la route nationale numéro 2.

« On m’avais kidnapé quand je revenais de la charge pour récupérer mon téléphone et mon Mp3, sept personnes s’étaient approchées de moi à l’école de maman Olive dans le quartier Mahyutsa et ils m’avaient montré des couteaux, ils m’avaient ligoté et me menaçaient de mort si je faisais des bruits, ils m’avaient ensuite emmené vers Kasengesi pour enfin prendre la direction du parc » témoigne la victime Ishara Balume.

Et d’indiquer,
« Ce mercredi soir, pendant qu’on dormait tous, je me suis réveillé et j’ai remarqué que les personnes qui me surveillaient étaient encore en sommeil, c’est là que j’ai réussi à m’en fuir doucement, je suis arrivé à la route Goma-Sake vers 19h30 puis j’ai sollicité à un motard de me faire parvenir à Sake. Je suis sûr que c’est Dieu qui a voulu à ce qu’aucun mal ne m’arrive, je dis merci à lui et à toute les personnes qui ont tout fait pour me retrouver ».

Les cas d’enlèvements sont légion dans cette partie du territoire de Masisi. La société civile et les mouvements citoyens ne cessent de hausser le ton pour demander aux autorités de remédier à cette situation.

PAUL ZAÏDI

RDC : Le Bloc Patriote annonce la reprise des manifestations contre le pouvoir de Félix Tshisekedi

La coalition FCC, Ecidé, DYSOC et CLC, formant le bloc patriotique, annonce la reprise des manifestations de grande envergure contre le pouvoir de Félix Tshisekedi.

Parmi les raisons évoquées, le manque de leadership au pays, obtenir un consensus autour de réformes électorales et tant d’autres.
En voici l’intégralité de leur communiqué

Rédaction

Musique congolaise en deuil : Serge Kiambukuta, père de Ninho, n’est plus !

Le chanteur congolais, Serge Kiambukuta Lenvo Nzobazola a changé de vie en trépas, ce dimanche 01 mai 2022, à l’hôpital Henri Mondor à Créteil, en France, des suites d’un cancer de la gorge.

Il est le père biologique du célébrissime rappeur William Nzobazola, connu du grand public sois le sobriquet de Ninho et frère de Josky Kiambukuta, un des pionniers de la Rumba congolaise. Il a, dès son jeune âge, été professeur de français à l’école Ngombe Matadi, dans le Kongo Central.

Dans sa carrière professionnelle, il a été de passage dans l’orchestre Grand Zaiko Wawa de Pépé Felly Manuaku, à l’époque de Chekedan, Jeffard Lukombo, Chimita et Mumbata Joe Poster. Il a chanté ensemble avec son frère, dans plusieurs chansons, notamment Vaccination et tant d’autres.

La rédaction d’afroziks présente ses condoléances les plus attristées à la famille de l’illustre disparu et tous les artistes musiciens congolais explorés.

Rédaction

Ituri : 8 régiments FARDC ont des nouveaux commandants, changement opéré par le Chef d’état major

Le chef d’état major général, le général d’armée Célestin Mbala Musense vient de procéder au remplacement de plusieurs commandants régiments sur toute l’étendue du territoire national.

En province de l’Ituri, 8 régiments sont concernés par ces changements opérés par le numéro 1 de l’armée en RDC.

Il s’agit notamment du 1301 régiment de Mungwalu qui sera bientôt dirigé par le colonel Bahati Nuru Ahmad, 3101 régiment de Marabo confié sous le commandement du colonel Safari Isaac, le 3202 régiment de Masumbuko jadis dirigé le colonel Musekura vient d’être donné à son collègue colonel Cibambe Cibambe Willy, 3205 de Nyarangarai confié à Kazungu Phillipe, 3206 de Manzobe sur la RN 4 confié au colonel Arama Jean-Paulin, le 3308 régiment de Bogoro récemment confié au colonel Cibicabene par le gouverneur militaire lors de sa mission d’itinerance vers Kasenyi vient d’être donné à son collègue Mucho Néhémie et enfin le 3401 régiment de Pimbo donné quant à lui, sous le commandement du colonel Mikoma Jimmy.
Contenue dans une décision portant désignation et affectation des cadres au sein des régiments d’infanterie des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, cette lettre a été signée le mercredi 27 avril dernier par le général d’armée Célestin Mbala Munsense qui instruit cependant le chef d’état major adjoint chargé de l’administration et logistique ainsi que le chef d’état major Force Terrestre de suivre de près l’exécution de cette décision qui était entrée en vigueur à la même date de sa signature.

Faut noter que certains commandants régiments changés à l’occurrence Musekura du 3202 régiment de Masumbuko, ont été maintefois désavoués par la population de leurs zones d’intervention pour je cite  » non prise en compte des alertes ayant conduit à des massacres à grande échelle dans la région de Drodro, Rhoo et environs  » fin de citation.

Paul Zaïdi

Danse: Me Ya Be prend son élan avec son nouveau paradigme

Le festival international de danse Me Ya Be qui a allumé ses lampions le vendredi 22 avril dernier s’oriente avec de nouvelles perspectives arrosées d’un nouveau paradigme. Ce dernier sort du thème central de la 11 ème édition dudit festival: « Transformation et transposition de la scène ».

La transposition de la scène, un paradigme très sensible et muscle dans la faisabilité. Pour son directeur, Jacques Bana Yanga, qui ne risque rien, n’a rien. Il faut oser, bien que les conditions ne permettant pas, nous a-t-il confié lors de la conférence de presse donnant le go aux activités du festival Me Ya Be pour sa 11 ème édition.

Me Ya Be, à travers ce paradigme, est appelé à transformer le métier de danseur dans l’ampréhension et la considération de ces professionnels ici en République démocratique du Congo où le danseur est marginalisé. Pourtant un métier noble. A ce jour, le danseur est un monsieur qui s’ignore et par ce fait d’ignorance, son social laisse à désirer.
Transformation et transposition de la scène: un paradigme essentiel.

Un programme a été établi assorti du thème énoncé pour la 11 ème édition : « Transformation et transposition de la scène ». Ce programme a, pour ce faire, des priorités, à savoir, la formation et la conquête du public de la périphérie de la Ville-Province de Kinshasa.
L’organisation des ateliers s’impose!
Pour commencer, le festival Me Ya Be a organisé un atelier de danse animé par des chorégraphes et une comédienne venus de l’Europe : Céline Curvers et la comédienne Ariane Rousseau (Belgique), Rosa Maria et Sara (Espagne), Gwen Rakotovao et Marie Philiponeau (France), Kari Hoaas (Norvège) et enfin, Ilona Paszthy (Allemagne).

Transposition de la scène
La 11 ème édition de Me Ya Be a prévu des productions dans deux communes de Bumbu et de Kasa-Vubu. Pour cette dernière, quelques surprises sont prévus à leur tour devant la Paroisse Christ Roi sur l’avenue Assossa pour ce jeudi 28 avril 2022 pour faire découvrir au public la danse et par la même occasion, pousser ce même public à aimer véritablement la danse car les spectacles de danse de haute facture de danse ne sont que consommés dans les salles des quartiers huppés de la ville.

Alors, la 11 ème édition de Me Ya Be transpose la scène dans les milieux périphériques de Kinshasa, voire le ghetto.

Faire des jeunes des danseurs professionnels est l’un des objectifs que s’est assigné le festival international de danse Me Ya Be qui se veut d’ailleurs une plateforme de danse en République démocratique du Congo.

Junior NZEZA